Vous craignez qu’un de vos proches ait disparu. Doit-on attendre 24 heures avant d’appeler la police ? À l’occasion de la Journée internationale des personnes disparues, le Détecteur de rumeurs revient sur une rumeur trop souvent relayée.

« Rappelez-nous quand ça fera 24 heures. » Cette phrase, prononcée par un policier américain dans de nombreuses séries télé, lance souvent la course-poursuite de l’acteur principal qui devra se débrouiller seul pour retrouver le ravisseur de sa fille, de sa femme, de son ami… Et pourtant, c’est un mythe !

« Il n’y a pas de délai pour signaler une personne disparue. Plus tôt la disparition est signalée, mieux on fait notre travail », explique Hugo Fournier du service médias de la Sûreté du Québec. Plus on attend, plus on diminue les chances de retrouver la personne. « Il ne faut pas tout vérifier avant de nous appeler, appelez-nous d'abord », ajoute le policier. L’absence de délai pour lancer les recherches n’est pas limitée non plus aux enfants ou à des critères particuliers. « On lance les recherches directement pour toute personne, de tout âge », confirme-t-il.

Ce délai de 24 heures existe dans trois pays européens (Danemark, Finlande et Hongrie), mais il concerne uniquement une catégorie spécifique d’enfants migrants.

Un mythe tenace… abondamment démenti !

Le Détecteur de rumeurs n’a pas pu trouver une origine précise à cette idée de devoir attendre 24 heures avant de signaler une disparition. Toutefois, une piste est possible : « la très grande majorité des gens portés disparus sont retrouvés en moins de 24 heures. Les gens doivent penser qu’ils vont déranger s’ils appellent avant », propose Hugo Fournier.

Sans oublier que le mythe est largement entretenu par les films et les romans policiers, comme l’écrivent les blogueurs du site Silver Hart, une source pour auteurs en devenir de romans policiers. « Cessez d’utiliser le stratagème des 24 heures » dans vos scénarios, recommandent-ils. « Il existe d’autres façons de construire le suspense. »

« C’est un mythe qu’il faille attendre 24 heures, 48 heures ou de laisser passer tout autre délai » signale lui aussi sur son site internet le Centre canadien d’information sur les adultes disparus. De même que le service de police d’Ottawa : « il n’y a pas de délai d’attente de 24 heures pour signaler une personne disparue. »

Le Centre australien de coordination des personnes disparues consacre une page complète aux mythes sur les personnes disparues et le premier cité est celui des 24 heures : « vous ne devez pas attendre 24 heures avant de signaler une personne disparue. » Même rengaine aux États-Unis : « il n’est pas besoin d’attendre 24 heures » explique un policier de New York. C’est également signalé sur les sites web des services de police de plusieurs États américains.

Verdict

Contrairement à ce que bien des films et des séries policières laissent croire, il est absolument déconseillé d’attendre 24 heures avant de signaler une disparition.

 

Virginie Montmartin