La gomme à mâcher a toujours été associée à une haleine fraîche, mais depuis quelques années, on vante de plus en plus ses vertus en matière de prévention de la carie dentaire, notamment sur ses emballages et dans les publicités. Cet argument marketing s’appuie-t-il sur des preuves scientifiques solides ? La réponse du Détecteur de rumeurs.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour accéder aux autres textes.


Gomme à mâcher et santé bucco-dentaire

Disons-le d’emblée, une gomme à mâcher qui contient du sucre ne prévient pas la carie dentaire, elle y participe ! Toutefois, mâcher de la gomme sans sucre peut participer à une bonne santé bucco-dentaire pour les individus à risque de développer des caries dentaires ou dans les situations où il est impossible de se laver les dents après un repas riche en sucre.

Plusieurs études ont été publiées à ce sujet depuis les années 1990, la plupart effectuées sur des enfants d’âge scolaire en bonne santé à qui, pendant 5 à 20 minutes, on faisait mâcher de la gomme non sucrée après les repas (Santé Canada a publié en 2014 un résumé de ces études). Conclusion : mâcher de la gomme diminuerait les risques de développer la carie dentaire de 42 %. Toutefois, si on retranche de ce groupe la population à risque, les résultats sont beaucoup moins significatifs : la réduction du risque n’est que de 13 %. Une diminution jugée toutefois pertinente par Santé Canada, qui autorise les énoncés sur les actions thérapeutiques, sur les emballages et dans les publicités de gomme à mâcher depuis janvier 2014.

La salive et le Xylitol

Selon le Dr Daniel Kandelman, professeur honoraire à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal et consultant expert auprès de l’Organisation mondiale de la santé, c’est l’action combinée de la salive et des agents actifs présents dans la gomme sans sucre qui prévient la carie.

« Mâcher de la gomme stimule la production de salive, qui neutralise les acides responsables de la carie dentaire, explique-t-il. Les agents actifs utilisés pour remplacer le sucre ont aussi un effet préventif. Particulièrement le Xylitol, démontré comme étant plus efficace que l’aspartame et le sorbitol. Il stimule la production salivaire, ce qui est particulièrement intéressant pour les personnes qui produisent moins de salive pour des raisons médicales, ou qui prennent des médicaments qui assèchent la bouche et qui sont plus à risque de développer la carie dentaire. »

Devrait-on se forcer à mâcher de la gomme ?

Alors que l’Union française de santé buccodentaire recommande de mâcher un chewing-gum sans sucre pendant 20 minutes après le repas de midi, l’Association dentaire canadienne se contente d’indiquer sur son site qu’on peut mâcher de la gomme sans sucre si on est dans une situation où l’on ne peut se brosser les dents.

« La gomme à mâcher ne remplacera jamais la brosse à dents et la soie dentaire, dont l’usage est essentiel à une bonne santé buccodentaire », résume le Dr Kandelman. « Mais pour ceux qui peuvent seulement se brosser les dents le matin et le soir, mastiquer une gomme après le lunch, pendant une quinzaine de minutes, contribue bel et bien à diminuer le risque de carie dentaire ».