La Colombie-Britannique a une taxe sur le carbone depuis 2008 avec un tarif de 30 $ la tonne. L’Alberta, royaume du pétrole, vient d’en adopter une. Le Québec a pour sa part choisi d’instaurer depuis 2013 un marché du carbone. Ce système incitatif est-il efficace ?

Écoutez cette émission en cliquant sur le lien audio ci-dessous

Fichier audio

La taxe carbone que le gouvernement canadien veut lui aussi instaurer est une taxe sur les produits issus des énergies non renouvelables : le pétrole, le gaz, le charbon… Avec l’objectif de diminuer les gaz à effet de serre (GES) et la pollution.

La piste du marché du carbone qu’a plutôt choisi le Québec consiste en un système de plafonnement et d’échanges de droits d’émission de GES. Ce marché vient avec un prix fixé au carbone et un plafond d’émissions de GES variant selon les industries. Après avoir adhéré à la Climate Western Initiative en 2008, le gouvernement québécois a créé avec l’État de la Californie en 2014 le plus grand marché du carbone régional en Amérique du Nord.

Les interrogations sur l’efficacité de ces systèmes incitatifs viennent du fait que taxe ou marché n’affectent pas les GES issus du transport routier (environ 40 % des émissions) : au contraire, celles-ci continuent d’augmenter. Le prix du carbone n’aurait pas non plus, pour l’instant du moins, un grand effet sur les habitudes de vie des consommateurs.

Pourquoi ? Isabelle Burgun en discute avec ses deux invités:

  • Sebastian Weissenberger, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM et professeur en sciences de l’environnement à la Teluq.
  • Steven Guilbeault, directeur principal et cofondateur d'Équiterre.

Quels sont les avantages et les inconvénients des deux systèmes ? Le prix canadien de 10 $ la tonne de carbone, c’est beaucoup ou peu ? Comment fonctionne la bourse du carbone Québec-Californie et quelles sont les obligations des industriels québécois ? Comment empêcher une bulle spéculative ? Il semble y avoir un ralentissement de la croissance depuis 2016. En fait, le prix du carbone est même à la baisse : est-ce que ça ne risque pas de nuire à ce système ?

 

Steven Guilbault et Sébastien Weissenberger, en studio avec Isabelle Burgun

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h, sur les cinq stations régionales de Radio VM . Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: François Cartier. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto) CIBO-FM (Senneterre) et CJMD (Lévis).

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici . Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.