Avec le printemps revient au Québec le printemps… numérique !  Une activité qui fournit l’occasion de parler de cette industrie, entre jeux vidéo et intelligence artificielle, mais aussi de créations artistiques.

Fichier audio

Des étudiants de l’École des médias de l’UQAM ont en effet conçu des œuvres artistiques et techniques munies de dispositifs d'intelligence artificielle. Avec une question en arrière-plan: ces objets peuvent-ils contribuer au développement d'une pensée collective ? Une façon parmi d’autres de se positionner de manière critique face au développement de la technologie.

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l'information et la société (CRICIS) tiendra d’ailleurs bientôt un colloque international sur la « numérisation généralisée de la société ».

Et nous, les humains, dans tout cela? Déjà très dépendants de nos technologies, allons-nous le devenir encore plus? Jusqu’où cela changera-t-il notre quotidien, notre travail et la manière dont nous percevons notre monde ?

Isabelle Burgun en discute avec:


C’est la 5e édition du Printemps Numérique: plus de 300 activités au Québec, étalées du 21 mars au 21 juin. Avec une large place accordée cette année à l’intelligence artificielle, explique M Benboubakeur.. Qu’est-ce que le projet Jeunesse Québec 2030, « pour une égalité des chances face au numérique »? 

On parle aussi du projet étudiant « Cat mapping » —parce que le chat, comme chacun sait, est probablement l’entité la plus souvent numérisée sur Internet. En quoi le numérique —ou, plus largement, les nouvelles technologies— change-t-il les performances artistiques réalisées par ces étudiants ainsi que leur discours ?

Dans la performance classique, sans technologie, c’est vraiment le corps de l’artiste qui est l’outil, qui est la matière, en temps réel. Dès qu’on est avec une technologie, et surtout le numérique, avec sa mémoire infinie, on se retrouve avec des strates de temps qui se construisent de façon complètement différente et qui se chevauchent. -Éric Létourneau

+++

En chronique: Pascal Lapointe, rédacteur en chef de l’Agence Science-Presse, nous parle ce mois-ci de fausses nouvelles, de Cambridge Analytica et de la guerre des cultures.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h, sur les cinq stations régionales de Radio VM . Elle est également rediffusée pendant la semaine. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Isabelle Burgun Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto) CIBO-FM (Senneterre) et Radio-Fermont.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. La naissance de l'émission, en 2008, a également été accompagnée d'une initiative politique non partisane du même nom : rendez-vous ici . Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook .