L'Union of Concerned Scientists vient de publier un rapport qui dévoile des faits qui, pour être prévisibles. n'en sont sont pas moins scandaleux et terrifiants .

Ce document est disponible ici, au format PDF et raconte les manoeuvres utilisées par ExxonMobil pour lutter contre la diffusion des connaissances concernant le réchauffement planétaire. Au moment où l,ampleur extraordinaire du défi qui attend l'humanité avec le réchauffement planétaire ne fait plus de doute, la lecture de ce document fait dresser les cheveux sur la tête.

L'affaire fait inévitablement songer aux pratiques de l'industrie du tabac et les pratiques utilisées sont en effet souvent très semblables, comme le rappelle d'ailleurs le sous-titre du document (à savoir: Comment ExxonMobil utilise des tactiques des grandes compagnies de tabac pour créer un incertitude artificielle à propos de la science du climat). Qu'on en juge plutôt. ExxonMobil a mené et mène encore une campagne de désinformation visant à tromper le public et qui comprend:

l'entretien de doutes destinés à générer un climat d'incertitude à l'égard des données scientifiques même les plus indiscutables;

la création de groupes qui semblent indépendants et qui pourront «blanchir de l'information», comme on blanchit de l'argent sale, afin de promouvoir ses vues et de créer de la confusion dasn le public;

l'élection de porte-paroles de la communauté scientifique qui auront pour fonction de donner une vision trompeuse de données tirés d'articles parus dans des revues avec comités de lecture ou de sélectionner des faits qui permettront d'entretenir, auprès des médias et du public, l'idée que le débat se poursuit sur la question de savoir si l'utilisation de combustibles fossiles a contribué au réchauffement climatique ainsi que sur la question de savoir si les conséquences de ce réchauffement lié à l'activité humaine seront ou non graves;

le changement d'orientation de l'action contre le réchauffement climatique au nom d'une base scientifique présumée plus solide;

le lobbying auprès du gouvernement Bush, où ExxonMobil a déjà ses entrées, afin de freiner on empêcher l'adoption de lois et de façonner l'Action gouvernementale sur le réchauffement climatique.

Le rapport nous apprend que la compagnie, qui a engrangé des bénéfices nets de près de $40 milliards US en 2006, a investi $16 millions US dans ce programme entre 1998 et 2005. The Guardian, de Londres, a même rapporté qu'elle avait offert, via un think tank qu'elle finance (The American Enterprise Institute) , S 10 000 à tout scientifique qui parvient à publier des articles qui contestent ou atténuent les conclusions du rapport mondial sur le climat (du GIEC) rendu public à Paris au début février.

Parmi toutes les nombreuses questions que pose toute cette histoire, il y a les suivantes, qu'on ne soulève à peu près jamais: des corporations, comme Exxomobil, sont-elles des entités légitimes? Leur existence est-elle compatible avec la justice, avec une saine économie, avec la démocratie, voire avec la survie de l'humanité?

Ce sont des questions complexes et graves, sans aucun doute. Ce qui est certain, en tout cas, est que ces «personnes morales et immortelles» (ce qu'elle sont en droit) ont un existence récente et qui n'a rien ni de «naturel», ni de nécessaire.