Vous voulez savoir si vous êtes prédisposé à développer un trouble bipolaire? C'est maintenant possible. Pour 750$, Psynomics vous en fournira la réponse! Basée à San Diego en Californie, c'est la première compagnie à mettre sur le marché un test pouvant détecter les risques de développer une maladie psychiatrique.

En effet, le test permet d'évaluer si vous possédez le gène modifié de la glycogène synthase kinase-3 (GSK3), une simple modification d'une base dans l'ADN du gène, mais qui augmenterait de 3 fois les risques de développer un trouble bipolaire, autrefois appelé la maniaco-dépression. Disponible depuis peu, ce test est le premier sur le marché. D'autres compagnies s'apprêtent à emboîter le pas et mettre d'ici 2009 deux autres tests sur le marché, un détectant la schizophrénie et l'autre les risques de suicides causés par les antidépresseurs.

Vous voulez passer ces tests? Aucun problème, mais attention aux résultats! Francis Collins, directeur de l'Institut national de recherche sur le génome humain, a beaucoup d'inquiétudes vis-à-vis la commercialisation de ces tests. "Être diagnostiqué d'une maladie mentale implique son lot de conséquences," dit-il. Comme plusieurs chercheurs dans le domaine, il croit qu'il est prématuré de croire qu'un simple test pourra déterminer le diagnostic, surtout quand les connaissances sur le sujet sont limitées. D'après plusieurs chercheurs en génétique psychiatrique, le gène de la GSK3 ne jouerait pas un rôle très important dans l'étiologie de la maladie. Le trouble bipolaire pourrait être causé par une dizaine voire une centaine de gènes différents, sans compter les facteurs environnementaux. Donc, même si la GSK3 est impliquée, chaque variation génique n'augmente les risques que de 1 à 2%, ce qui veut dire que la grande majorité des gens porteurs de ces gènes ne seront jamais atteints de la maladie.

Pour répondre à ses détracteurs, John Kelsoe, propriétaire de la compagnie Psynomics, réplique qu'il y a un grand besoin d'action. "S'asseoir dans sa tour d'ivoire et attendre que tout soit parfait n'arrange rien, nous avons une obligation d'agir," mentionne-t-il. Jusqu'à maintenant, seulement 12 personnes se sont procuré le test, mais la compagnie espère en vendre 1800 en 2008 et 30 000 dans les 5 prochaines années.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter l'article original dans Science, 18 janvier 2008.

Sabrina Vinet-Étudiante