Dans la majorité des pays, les réseaux d'égouts, les structures d'épuration n'existent pas et le traitement des déchets n'a pas cours. Même dans les pays développés, l'épuration des eaux domestiques n'est pas généralisée. L'OCDE a montré que la mauvaise qualité de l'eau cause 25 000 décès par jour et environ 1.7 milliard de personnes (soiit près d'un tiers de la population mondiale) n'ont pas accès à l'eau potable. l'insuffisance des équipements d'assainissement explique en grande partie les taux élevés de contamination microbienne de l'eau de boisson. Les maladies transmises par l'eau demeurent la première cause de maladie et de mortalité humaines dans le monde, les plus touchés étant les enfants et les pauvres.
On mesure mieux aujourd'hui la nécessité de préserver la propreté de l'eau en prenant conscience de sa rareté. L'homme a toujours tenu l'eau pour une ressource éternellement abondante, puisque le cycle de l'eau est pêrpétuel. Pourtant, les réserves en eau douce ne représentent que 2 à 3% de l'eau qui coule à la surface de la planète. On estime à l'heure actuelle que 28 pays, représentant une population de 340 millions d'habitants, souffrent de manque d'eau (c'est-à-dire qu'ils disposent de moins de 1000 m3 de ressources d'eau renouvables par an et par personne). D'ici à 2025, il y aura entre 46 et 52 pays dans ce cas, ce qui représentera une population totale d'environ 3 milliards d'habitants. En 2025, l'Inde pourrait se retrouver en situation de "stress hydrique", situation définie comme un approvisionnement en eau douce renouvable de 1 000 à 1 7000 m3 par personne et par an, et la Chine risquerait de basculer dans cette catégorie, des pénuries importantes se produisant déjà dans certaines grandes villes.
Outre l'agriculture, qui entre pour plus de 70% dans la consommation mondiale d'eau, les pressions exercées par la poussée démographique, l'urbanisation et l'industrialisation contribuent à faire de l'eau un bien rare. L'accès à l'eau pourrait devenir l'une des sources principales de tension entre les pays au siècle prochain ; c'est d'ailleurs déjà le cas au Proche-Orient et en Asie du Sud.