Tandis que la vidéo se charge sur internet, on voit apparaître des mains soignées qui, en manipulant un objet électronique, le tournent sous toutes ses faces. Soudain une voix accrocheuse, suave, se met à parler. C’est Justine Ezarik, blonde pimpante, sauteuse et dynamique. Justine, qui s’intéresse à tout ce qui bouge, commente les caractéristiques des nouvelles technologiques. Comme plusieurs autres blogeuses, iJustine, de son nom d’artiste, pratique la « bidulologie ».

Une nouvelle entrée de dictionnaire La bidulologie, néologisme, correspond à la science des commentaires sur les nouvelles technologies de consommation de masse. Qu’ils soient amateurs ou professionnels, les bidulologues se tiennent à l’avant poste des avancées commerciales : de sorte qu’ils puissent émettre un propos le plus rapidement possible sur la valeur, l’intérêt de toute nouveauté technologique mise en marché. Presque toutes ! Non, bien sûr !

La majorité des blogs sur la technologie portent sur les ordinateurs, les téléphones portables et leurs gadgets. Les blogeurs commentent les répercussions de ces technologies sur un phénomène particulier, la reconfiguration des interactions sociales qui découlent des réseaux sociaux et de l’internet dynamique, communément appelé le Web 2.0. Au mieux, non sans un brin d’hésitation, ils osent s’aventurer dans les chiffres de l’économie numérique.

À l’ère du « Made in China », les bidules produits de l’économie numérique se déclinent en autant de variétés que de couleurs : des appareils photographiques aux tablettes de lecture, en passant par les consoles de jeux — tous les bidules ne se valent pas. Les industriels lancent tant de nouveaux produits chaque jour ; il faut bien s’en faire une idée. Plusieurs blogeurs de la technologie, ainsi, agissent en courroies de transmission publicitaire des produits des entreprises privées.

Une passion commune En plus de cette fonction publicitaire, quelques blogs ne valent pas mieux, dans leur propos, que les pages d’un manuel d’instruction. On a droit tantôt à une description des spécifications techniques d’un appareil, tantôt aux étapes par lesquelles il faut passer pour activer ses fonctions. À l’opposé de ce savoir de manuel, il y a des modèles alternatifs, tels que les blogs technologiques de La Recherche ou de la Technology Review . Ils nous proposent souvent une analyse de la technologie qui va au-delà des apparences.

Au lieu de faire de la bidulologie, j’entrerai comme ces autres blogs dans la complexité du savoir technique pour expliquer l’ingéniosité des concepteurs ; ce sont, par exemple, les nez profilés des trains à grande vitesse, qui épousent la forme du bec du martin pêcheur. En outre, je décortiquerai les aspects sociaux, économiques et politiques des technologies ; c’est le problème que pose l’utilisation des technologies de la biométrie dans l’identification et le contrôle des personnes. Enfin, je remonterai les filières techniques dans le temps pour savoir d’où une technologie tire son origine ; par exemple, les claviers des téléphones à écran tactile reprennent la disposition des touches des machines à écrire du dix-neuvième siècle.

Cela étant dit, je continuerai de regarder en cachette le blog vidéo d’iJustine, avec laquelle je partage l’intérêt pour les produits à l’effigie de la pomme, et de la sorte j’aurai le rappel fréquent qu’elle fait une chose cent fois mieux que moi, de la bidulologie.