Il traînait sur ma table de chevet. Je m’étais bien promis de le lire surtout que j’avais bien aimé le dynamisme des deux auteurs rencontrés lors d’un congrès. Eh bien, j’ai tellement aimé… que j’ai décidé que j’en ferais l’objet de mon premier billet sur ce blogue. En fait, j’y ai même vu, du coup, tous les sujets sur lesquels j’avais moi-même envie de bloguer. C’est pas peu dire!

« Les changements climatiques, la crise énergétique, la prolifération du nucléaire – plusieurs des problèmes du 21e siècle exigent des solutions fondées sur les sciences. Mais les Américains paient de moins en moins d’attention aux scientifiques », écrivent en introduction Chris Mooney et Sheril Kirshenbaum.

Et ce fossé entre les scientifiques et le grand public, on la retrouve entre autres en politique (les scientifiques doivent assumer ce rôle crucial d’éveil du public à l’importance de la science en politique), dans les médias (ils doivent trouver de nouvelles façons de faire passer le message au détriment des pseudoscientifiques) et dans l’industrie du divertissement (ils doivent se montrer conciliants avec les contraintes imposées par cette industrie). Un chapitre, moins pertinent pour nous, s’attarde aussi à la religion.

Mais il n’est pas irréconciliable. Les auteurs avancent quelques solutions : une implication accrue des scientifiques en politique, des formations à la vulgarisation afin de mettre en place davantage d’ambassadeurs de la science et une collaboration plus étroite avec les gens de l’industrie cinématographique.

Un petit livre – il fait 209 pages dont 76 sont des notes complémentaires – qui se lit rapidement. Instructif, mais surtout inspirant!

D’autres fans parmi vous?

Pour en savoir plus : Unscientific America