Allons-y avec un titre facile pour débuter… En effet, qui n’a jamais vu un film ou lu une BD mettant en scène cette créature mythique? Depuis 1910, plus de 100 films ont été tournés qui mettent en scène le docteur Frankenstein et sa créature. Mais voilà, maintenant, je vous demande d’oublier toutes ces histoires d’horreur à la sauce hollywoodienne et d’entrer dans l’univers sobre et scientifique de l’auteure britannique Mary Shelley.

Consacré par plusieurs comme le premier roman de science-fiction, Frankenstein se passe évidemment de présentation. Mais que peut-on en dire sur le plan scientifique? Souvent, une première lecture de Frankenstein déçoit sur ce plan, parce que la science est, dans les faits, peu présente. Pas d’appareils énormes qui font rêver : le docteur Frankenstein fabrique un être à la lumière d’une chandelle, sans que le lecteur ne connaisse les détails de la fabrication! Et pourtant, la science apparaît à travers les travaux discutés de chercheurs comme Luigi Galvani, Humphrey Davey, ce qui est significatif d’un intérêt pour la recherche à l’époque, et notamment autour de l’électricité. Il y a aussi une réflexion autour des « anciennes sciences » (alchimie, etc.), à un moment où les frontières entre ce qui est scientifique et ce qui ne l’est pas sont encore brouillées. Mais il y a plus : « Il est le premier roman où l’apparition d’un être artificiel se fait sans l’aide des dieux. C’est une création voulue et assumée par un être humain, et en ce sens, explique Jean-François Chassay, professeur au département d’études littéraires de l’UQAM, c’est le premier roman qui s’intéresse, de façon claire et nette, au pouvoir du scientifique. »

Le pouvoir du scientifique... cette notion soulève la question de l’éthique scientifique. Jusqu’où va ce pouvoir? Et qu’implique-t-il?

À vous maintenant de nous le dire!

Vous avez jusqu’au 26 octobre prochain pour nous faire part de votre réflexion sur l’éthique scientifique. Et pendant que vous y êtes, n’hésitez pas non plus à contester cette affirmation qui veut que Frankenstein soit le premier roman de science-fiction, ou même, à nous suggérer d’autres grands classiques de la littérature scientifique!

Au fil des semaines, ne soyez pas surpris non plus de lire les commentaires de Jean-François. Notre expert y ira de son petit grain de sel pour pimenter la discussion!

Pour tous les billets du club littéraire, cliquez ici !

Ajout - Mardi 5 octobre : Certains d'entre vous se questionnent sur le genre même du roman Frankenstein. Est-ce de la science-fiction ou du fantastique? Prenez position... et expliquez votre choix ici !

Ajout - Mardi 12 octobre : Jean-François m'indiquait que Frankenstein est perçu comme un roman philosophique, non seulement en raison de l’éthique scientifique qu’il soulève, mais aussi parce qu’il est une « traduction » de la pensée de Jean-Jacques Rousseau. Retracez l'influence de cet illustre philosophe du siècle des Lumières sur Mary Shelley en revisitant son oeuvre. Voyez-vous les indices?