Une récente étude publiée dans l'American Journal of Physical Anthropology suggère que l'utilisation des antibiotiques par l'humain remonte à des milliers d'années...

L’équipe de chercheurs dirigée par George Armelagos, un anthropologue de l'Université Emory, a découvert que les os de Nubiens - qui habitaient il y a plus de deux mille ans le territoire qu’occupe aujourd’hui le Soudan - étaient saturés de l'antibiotique tétracycline. D'après les chercheurs, l'antibiotique provenait de la bière que buvaient les Nubiens, une bière que les Nubiens fermentaient avec des grains riches en streptomyces, l'organisme duquel est issue la tétracycline. Il s’agissait d’une manière pour les Nubiens de se protéger des maladies infectieuses. Ceci n'est pas surprenant car on sait que la bière faisait partie de la pharmacopée des peuples anciens. Mais comme c’est le cas de plusieurs éléments de la médecine traditionnelle, ce remède a disparu avec le temps. Il a fallu attendre 1928 et la découverte des propriétés de la moisissure penicillium notatum par Alexandre Fleming* pour que le monde redécouvre les effets antibactériens de la nature.

* Contrairement à ce que plusieurs pensent, Alexandre Fleming n'a pas découvert la pénicilline en 1928. Il n'a jamais été capable d'isoler l'ingrédient actif responsable des propriétés antibactériennes de la moisissure. Il a fallu attendre 1941 et les travaux de Howard Florey et d’Ernst Chain pour que finalement la molécule soit identifiée. Mais c'est aux trois chercheurs, Fleming, Florey et Chain que le Prix Nobel de médicine fut décerné en 1945 pour « ...la découverte de la pénicilline et de ses propriétés curatives pour plusieurs maladies infectieuses ».

- Voir le site de l' Organisation pour la science et la société de l'Université McGill