Autre action

Blogue

Mode de protection dentaire du fluor

Ariel Fenster, le 25 mars 2011, 16h21

« Des doses répétées de quantités infinitésimales de fluor provoquent chez les individus une réduction de son pouvoir à résister à la domination, narcosisant (sic) une certaine région du cerveau. Le fluor produit une lobotomie légère favorisant la soumission à ceux qui désirent les contrôler. Nous voyons à présent un peuple américain docile pourtant inondé de scandales, de fraudes, de mensonges, supportant des injustices sociales, voyant leurs libertés de plus en plus brimées et subissant des contrôles innombrables de toute sorte. »

Mode de protection dentaire du fluor
Cliquer sur la photo pour agrandir
Mode de protection dentaire du fluor

J’ai sciemment commencé ma manchette avec cet extrait trouvé sur un forum contre la fluoration de l’eau, afin d’illustrer le niveau d’émotion, certains diront d’hystérie, que la pratique soulève. Mais au-delà de ces exagérations, que dit la science au sujet de l’ajout du fluor à l’eau potable pour prévenir les caries dentaires? Cette semaine, voyons le mécanisme d’action du fluor sur les dents.

Il ne fait pas de doute que le fluor réduit l’incidence de la carie chez l’enfant. Un fait que même les opposants à la fluoration de l’eau reconnaissent. La controverse porte essentiellement sur le meilleur moyen d’exposer les enfants au fluor. Je dis les enfants, car c’est surtout à un jeune âge – soit au moment de la formation de la dentition – que l’apport en fluor est le plus efficace. Pour comprendre comment cela fonctionne, il faut tout d’abord examiner le mécanisme de formation de la carie dentaire. Ce processus est en fait une application du principe de Le Chatelier, selon lequel un système en équilibre réagira à toute perturbation en la contrecarrant.

L’émail dentaire est composé d’hydroxyapatite Ca5 (PO4)3 OH en équilibre avec sa forme dissoute comme le montre l’équation :

Ca5 (PO4)3 OH ↔ 5 Ca+2 + 3 PO4-3 + OH-

Les bactéries, comme le Streptococcus mutans, qui vivent dans notre bouche convertissent les glucides, dont le sucre, en acide lactique, source d’ions H+. Ces derniers réagissent avec les ions d’hydroxyde, OH-, dissous d’après la réaction connue : H+ + OH- → H2O. Ceci a pour conséquence de diminuer la concentration d’ions hydroxyde dans l’équilibre ci-dessus. Le Chatelier nous dit que pour contrecarrer cette diminution, l’équilibre se déplacera de gauche à droite afin d’accroître la formation d’ions hydroxyde en solution. Le résultat de tout cela est la dissolution de l’hydroxyapatite dont l’émail est fait et, si l’on s’y prend trop tard, la formation de caries.

Le mode d’action du fluor dans la prévention des caries peut être aussi expliqué sur la base du principe de Le Chatelier. Les ions de fluor F- ont la même charge et approximativement la même taille que les ions d’hydroxyde OH-. Ils sont donc en mesure, dans l’équilibre décrit ci-dessus, de les remplacer; ce qui entraîne la formation à la surface des dents de fluoroapatite, Ca5 (PO4)3 F et d’un nouvel équilibre :

Ca5 (PO4)3F ↔ 5 Ca+2 + 3 PO4-3 + F-

F- étant une base faible par rapport à OH-, la fluoroapatite a moins tendance à réagir avec l’acide lactique. En conséquence, l’équilibre ci-dessus est surtout orienté vers la gauche, ce qui réduit les risques de carie.

L’apport en fluor peut prendre diverses formes. La méthode privilégiée est par voie locale, directement sur les dents, notamment par l’utilisation de dentifrice, de gel ou de rince-bouche au fluor. Bien que les enfants soient ceux pour qui la fluoration est la plus avantageuse, l’application topique de fluor chez les adultes peut réduire la formation de caries sur les surfaces dentaires. En effet, la gingivite – un processus qui se développe avec l’âge – fait en sorte que les surfaces dentaires, chez l’adulte, sont davantage exposées.

La fluoration peut également est faite de manière systémique par l’absorption de gouttes, de comprimés et, bien sur, par la consommation d’eau potable fluorée. Contrairement à l’application topique, la méthode systémique n’est vraiment efficace que pendant la formation des dents, soit de 6 à 12 mois environ. C’est d’ailleurs cette méthode qui suscite la controverse. Nous en parlerons la semaine prochaine.
_______________________________________________________________________________________________________
LES MANCHETTES SCIENTIFIQUES d’Ariel Fenster
L’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill présente des capsules sur des sujets défrayant l’actualité scientifique. Plus de renseignements sur ces sujets, ou d’autres d’intérêt général, sont disponibles en communiquant avec Ariel Fenster.

Professeur Ariel Fenster
Organisation pour la science et la société de l’Université McGill
514 398-2618