Publicité

Autre action

Blogue

Désarroi papal

La christianisation des extraterrestres

Jean-Pierre Urbain, le 21 janvier 2012, 20h34

Benoit XVI n'a plus la pêche. Il a perdu le sommeil et presque complètement l'appétit. Les nonnes sont impuissantes à le ragaillardir. Chaque fois qu'on annonce la découverte d'une nouvelle exoplanète, c'est un peu comme si on lui donnait un coup de poing dans les côtes.

Paul VI à l'oculaire. «Ne vois-tu rien venir?»
Cliquer sur la photo pour agrandir
Paul VI à l'oculaire. «Ne vois-tu rien venir?»

Benoit a fait revenir près de lui le directeur de son Observatoire astronomique de Castegandolfo. Depuis Galilée, les catholiques ne courent plus de risques avec le ciel.

De diacre à tiare

La sainte frousse atteint maintenant son paroxysme, le pape a aussi rappelé le personnel de son observatoire du mont Graham, en Arizona. Dans les corridors de la Cité vaticane déambulent des astronomes pontificaux hagards. Ils sont issus de divers ordres religieux comme les barnabites, les augustiniens et les jésuites. Tous, fort érudits et super dévoués à la doctrine ecclésiastique. Déjà en 2008, José-Gabriel Funes, directeur de l'Observatoire du Vatican, avait jeté une pierre dans les fonds baptismaux. Bon prince, il affirma que rien n'empêchait son dieu d'avoir bricolé ailleurs et peu-être d'avoir fait mieux.

Cette possibilité ébranla les piliers du temple. Depuis, à la demande du pape, on y conduit des réunions épiscopales qui se déroulent pratiquement sans interruption. Un sentiment d'urgence plane sur ce qui s'annonce la fin des dogmes. Après tous ces siècles de fabulations, il faudra maintenant faire face aux crédules de tout acabit. Les « affaires » sont grandement compromises.

Les théologiens s'enfargent dans leur robe et leurs arguments en courant dans tous les sens et en se prenant la tête à deux mains.

Les extraterrestres sont là

Tout ce beau monde redoute le moment, proche, ou ce n'est pas l'existence d'une exoplanète que l'on annoncera, mais la présence d'une civilisation intelligente quelque part sur cette exoplanète.

Que vont-ils faire à notre petit Jésus, se demandent les ecclésiales?

Bien des questions surgissent dans leur esprit encensé. Si, l'homme a été créé à l'image de Dieu, alors ces créatures extraterrestres nous ressemblent peut-être. Ces autres humanités devront-elles être christianisées?

Ces êtres, ces fils de dieux étrangers, sont-ils affectés par le péché originel, par la pomme d'Adam et par sa déchéance? La Rédemption s'applique-t-elle à eux, qui n'ont même pas de pommes sur leur planète?

Si les créatures du cosmos sont des hominidés, nous ne serions qu'une simple branche de l'humanité cosmique. Alors le pape pourrait alors être originaire de n'importe quelle branche. Sombre perspective pour le Sacré Collège.

Et puis supposons que ces êtres extraterrestres ont déjà connu la Révélation et qu'ils décident de venir nous évangéliser selon la méthode mise au point en Amérique du Sud par les Espagnols. Faudra que l'épiscopal se cramponne sérieusement.

La revanche des sous-papes

D'autres questions obsédantes troublent davantage les quelques heures de sommeil des membres de l'Académie pontificale des sciences.

Quelle sera l'autorité du Souverain pontife lorsque l'espèce humaine se sera divisée? Lorsque les hommes se seront installés à demeure dans le Système solaire, hors et loin de la Terre, comment la sainte Église accomplira-t-elle sa mission salvatrice et évangélisatrice? Va-t-on découper la Lune et Mars en circonscriptions ecclésiastiques? Le pape saura-t-il autorisé à exercer sa souveraineté en dehors de la Terre (le canon 331 limite sa juridiction à la Terre seule: « his in terris »)? Et qu'en est-il des évêques? Étrangement, le canon 342 étale le terrain de jeu des évêques à l'Univers tout entier. Ce canon spécifie que les évêques sévissent « sur l'Église universelle » (« in universam Ecclesian »).

L'Univers pour les évêques, la petite terre pour le pape! La tiare de travers, en italien, le pape demande « mé qui cé qui a écrit ça? » Devine!

Le pape traîne de la mule

Les questions liturgiques prennent ensuite le dessus. Sur Terre la date de la fête de Pâques est déterminée selon des règles astronomiques précises. Pâques est célébré le premier dimanche qui suit la Pleine Lune de printemps. Alors, comment fera-t-on sur Mars, sur Titan?

Le Vatican a décrété que la bénédiction papale Urbi et Orbi, transmise à la radio depuis la Place Saint-Pierre, avait pour le chrétien le même effet que s’il y était présent. Donc le sacerdoce peut s'exercer à l'aide des ondes radio. Imaginez un mourant sur Mars en train de se confesser par radio. Il faut 20 minutes pour que l'aveu de son péché parvienne à son confesseur sur Terre et un autre 20 minutes pour recevoir le pardon. Qu'arrive-t-il s’il décède avant d'avoir été pardonné? Devrons-nous avoir des prêtres cosmonautes sur place? Avec quels raisins martiens célébreront-il l'eucharistie?

Quelle époque passionnante pour la Cure romaine. Elle a de quoi faire avant le retour de son Messie.

Pendant ce temps, Benoit XVI regrette sûrement l'époque où les exoplanètes étaient aussi rares que de la « marde de pape ».

3 commentaires

Portrait de ydutil

Jean-Pierre, avec tout le respect que je te dois, l'Église catholique a une position théologique sur les extra-terrestres depuis des siècles. L'église catholique n'a pas de problème avec les extra-terrestres. La difficulté étant principalement de savoir s'ils sont marqués de la tâche originelle ou non.

http://www.universetoday.com/14262/vatican-astronomer-says-its-ok-to-bel...

Portrait de lepetit

Cet article est tétanisant de ridicule. On comprend aisément pourquoi il n’est pas signé !

Que nous dit cet article ? Rien. Il nous parle de la découverte d’une exo planète. On s’attendrait à ce qu’on aborde une série de questions scientifiques. Or, il n’en est rien.

L’auteur se contente d’une série de paraphrases pompeuses qui se veulent ironiques au sujet d’un prétendu affolement du monde catholique (notez également que l’on n’aborde pas les autres religions) et qui finissent par sombrer dans le ridicule tellement cela sent l’acharnement d’une personne dont la plume manque de talent.

Le seul mérite de cet « article » est de nous montrer que le néant existe.

Portrait de asp

Monsieur, il s'agit d'un billet de blogue et non d'un article. Le nom de l'auteur est indiqué tout en haut. Et je vous rappelle qu'un blogue est un lieu de brassage d'idées et d'interprétations libres.