Je n’ai jamais été une grande fan de Star Wars. Évidemment, je reconnais, comme tout le monde, que la première trilogie a marqué le pas en effets visuels au cinéma, mais je l’avoue, les combats de sabres laser m’ont toujours laissée… un peu froide. Alors, quelle surprise cette semaine, après toutes ces années de quasi-indifférence, de constater que le véritable Darth Vador puisse susciter chez moi quelques frissons!

Ce personnage plus grand que nature, je l’ai rencontré dans le hall du Centre des sciences de Montréal lors de la première mondiale de l’exposition Star Wars Identités . Installé devant l’entrée de l’exposition avec ses comparses « troopers », Boba Fett et Dark Maul, le seigneur tourmenté posait fièrement pour les journalistes. Et franchement, sa prestance et sa présence — bien réelle cette fois-ci — m’ont plutôt émue! Tout comme celle, un peu plus tard, du plus grand sage d’entre tous, Yoda.

Star Wars Identités plaira à coup sûr aux initiés, mais également aux profanes. Les 200 objets, issus de la collection privée de George Lucas, le réalisateur de la saga cinématographique, sont en effet mis en scène de belle façon, exploitant les dernières technologies numériques et immersives, tout au long de la quête proposée aux visiteurs. De ce côté, les personnages principaux et les esquisses qui ont servies à leur élaboration finale, de l’autre, les modèles réduits des vaisseaux ayant été utilisés lors du tournage, et tout au long du parcours, des extraits mettant en vedette les personnages principaux de la saga, pour appuyer les énoncés scientifiques révélés dans chacune des stations ponctuant cette quête.

Comme son nom l’indique, cette exposition explore, à travers la science, la notion d’identité humaine. Dès le départ, les visiteurs munis d’un audioguide et d’un bracelet électronique créent leurs propres personnages en se basant sur l’un de ceux de la saga. En parcourant les diverses stations de l’exposition, ils en apprennent davantage sur leurs identités et ses différentes composantes : le bagage génétique, la culture, l’influence des autres, la personnalité, les valeurs, etc.

Derrière cette quête ludique se cache une importante recherche d’informations scientifiques. Michel Groulx, chef à la recherche et au contenu du Centre des sciences de Montréal, révélait cette semaine sur Science! On blogue l’ampleur du travail effectué en amont de l’exposition : « Mon équipe a fait la recherche de contenus et a participé à la conception du scénario et de la quête interactive de l'exposition. Nous avons aussi réuni un comité scientifique constitué d'une douzaine d'experts de différentes disciplines qui ont commenté et validé les contenus de l'exposition. » Pour valider le contenu de l’exposition, l’institution a en effet fait appel à une douzaine de spécialistes québécois (en neuropsychologie, psychologie, biochimie, ergothérapie et éducation).

La scénarisation, puisqu’il s’agit d’une exposition, y est aussi des plus habile : les personnages Luke et Anakin, qui sont issus de la même famille, mais dont le destin s’est avéré très différent, servent de ligne directrice à cette quête et sont mis à profit tout au long du parcours pour expliquer l’influence des diverses composantes sur l’identité.

Au terme des dix stations, les visiteurs visionnent sur grand écran les personnages qu’ils auront imaginés tout au long de cette quête interactive.