Concentration record de CO2 au dessus des régions polaires.

Selon les derniers relevés effectués en Arctique, l’atmosphère terrestre vient de passer le seuil de concentration de 400 ppm (parties par million) de CO2.

C’est ce que révèle The Guardian dans son édition en ligne du 1er juin. Selon la communauté scientifique, ce seuil est une étape importante dans l’augmentation de la concentration de dioxyde de carbone dans la haute atmosphère parce qu’au delà de 395 ppm la situation deviendrait incontrôlable à cause des boucles de rétroaction positives.

The Guardian précise que ce seuil vient d’être franchit en Arctique mais les climatologues précisent que les régions polaires sont à l’avant poste de la hausse. Les autres régions terrestres vont suivre.

Rappelons qu’avant la révolution industrielle, la concentration de CO2 dans l’atmosphère s’établissait à une moyenne de 275 ppm.

Jim Butler, directeur du National Oceanic and Atmospheric Administration’s Earth System Research Lab, ajoute que cela fait 800 000 ans que la Terre n’a pas connu une telle concentration de ce gaz dans son atmosphère. De plus, comme l’a annoncé l‘Agence Internationale de l’Énergie la semaine dernière, les émissions de dioxyde de carbone d’origine anthropique ont atteint un record de 34,8 milliards de tonnes en 2011, une progression de 3,2 % (ou 1 milliard de tonnes) par rapport à 2010.

Il apparaît désormais très peu probable voir quasiment impossible que l’espèce humaine arrive à limiter la hausse des températures terrestres à 2C (objectif de l’Union Européenne) au dessus de celle qui prévalait avant la révolution industrielle.