Personne ne sera surpris d’apprendre que la science-fiction a la cote auprès des adolescents. Pourquoi n’était-elle donc pas plus utilisée en classe pour motiver les jeunes élèves à l’enseignement des sciences – ou même (re)dorer le blason du scientifique, s’est questionnée une équipe de chercheurs espagnols.

Les résultats de leur récente étude, publiée dans la revue Enseñanza de las Ciencias, sont pourtant éloquents : parmi les 31 manuels de physique, chimie, biologie, géologie et technologies obligatoirement utilisés en classe, seulement 9 faisaient quelques références au cinéma de science-fiction. « La science-fiction est à peine présente en classe malgré le fait qu’elle soit bien perçue par les professeurs », indiquent les chercheurs dans un communiqué de presse.

Les enseignants ne sont pas les seuls à considérer la science-fiction d’un bon œil : 24 % des jeunes élèves interrogés dans le cadre cette étude lui sont favorables et 31 % ont été capables de mentionner des avancées en science et technologie.

Le personnage du scientifique ne fait toutefois pas l’unanimité. Si 47 % des personnes interviewées le considère positivement, 35 % en ont une image faussée ou exagérée et 12 %, défavorable. Les chercheurs expliquent ces résultats par le fait que les scientifiques sont souvent peu présents dans les films les plus populaires comme Star Wars ou La Matrix et sont dépeints en méchants dans plusieurs autres.

Questionnés sur leurs connaissances du cinéma de science-fiction, les jeunes élèves ont cité Star Wars, le film le plus populaire avec 90 mentions, suivi de La Matrix (60), X-Men (41), Les Robots (36), Spiderman (32) et Le jour d’après (24). Parmi les autres films cités figuraient aussi les films fantastiques Harry Potter et Le Seigneur des anneaux, témoignant d’une confusion des genres. Les films plus classiques sont relégués loin derrière : 2001 : Odyssée de l’espace (2), La planète des singes (9) et Blade Runner (0).

Les films ayant remporté la palme auprès des enseignants sont Star Wars, Retour vers le futur et La Matrix. Les titres Mé trópolis, Blade Runner, 2001 : Odyssée de l’espace et Les Robots ont aussi été mentionnés.

En proposant davantage d’activités en classe, basées sur le cinéma et les séries de science-fiction, les chercheurs espèrent qu’il sera possible d’améliorer l’image que se font les jeunes élèves de la science et des scientifiques et peut-être, éventuellement, susciter de nouvelles vocations.