Dans la petite cour, une mare de sang: l’homme qui gisait sur le sol a été transporté d’urgence à l’hôpital, où son décès a été constaté. L’autopsie sera faite demain. Restent les témoins: la femme et le fils du défunt. Et un suspect. Vous êtes l’enquêteur qui vient d’arriver sur les lieux. Par quoi commencez-vous?

Au cours des trois prochaines semaines, nous vous proposons un jeu inhabituel: une enquête policière avec un angle —évidemment— scientifique. Avec l’aide de l’expert en sciences judiciaires, François Julien. Cette semaine: les photos de la scène de crime... et les déclarations des personnes interrogées par les policiers.

Déclaration de la femme de la victime

Nous avons pris notre déjeuner dans le jardin. Je suis entrée dans la maison pour me rafraîchir. Quand je suis revenue, il était au sol, ensanglanté. J’ai crié, je me suis penchée sur lui, je l’ai secoué, il n’a pas réagi. J’ai téléphoné à mon fils et au 911. Mon mari avait des problèmes de jeux. Il avait subi des menaces de M. Scarlett. Il lui devait de l’argent.

Déclaration du fils de la victime

J’ai reçu un appel de ma mère. J’habite à quelques rues d’ici, j’ai sauté dans ma voiture. Je suis arrivé avant la police et l’ambulance: mon père était au sol, ensanglanté. Je me suis agenouillé près de lui, j’ai pris son pouls, c’est la raison pour laquelle j’ai son sang sur moi. J’ai tenu ma mère dans mes bras en attendant la police. Les ambulanciers ont essayé de le réanimer et ont enlevé le corps.

Déclaration de M. Scarlett

L’homme, rencontré à son commerce de prêteur sur gages, a d’abord refusé de répondre aux questions des policiers sur ses relations avec la victime. Informé qu’il s’agit d’une enquête pour meurtre, il s’ouvre un peu plus: la victime lui devait de l’argent et aurait menacé de ne pas le payer. Il admet se battre régulièrement. Il dit que «tout le monde le cherche». Il dit s’être battu la veille: un cas de rage au volant. Il ne connaît pas la personne avec qui il s’est battu et n’a pas de témoins. Il a une blessure à la main droite, à cause de cette bataille, dit-il.

La scène de crime (observations préliminaires):

- Mare de sang à côté de la table de jardin - Projections de sang sur le mur du cabanon

Votre travail

À partir de ces premiers éléments, quelles questions poseriez-vous? Quelle serait l’étape suivante pour faire avancer votre enquête?

Notre expert invité

François Julien, qui a préparé cette scène de crime, en a plus de 700 à son actif... mais des vraies cette fois, à titre de «biologiste judiciaire». Avec sa formation en microbiologie et immunologie, il a commencé sa carrière en 1976 au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal, où il a travaillé pendant 35 ans avant de prendre sa retraite.