Les jeunes les moins populaires sont les plus susceptibles de fumer à l’âge adulte.

C’est ce qu’ont constaté des chercheurs suédois après avoir étudié le lien entre le statut social à l’adolescence de 2000 individus et leurs habitudes de tabagisme vers l’âge de 30 ans.

Comment déterminer objectivement le rang social d’un ado? Certainement pas en l’interrogeant…

Les chercheurs ont plutôt demandé à ses camarades de classe de nommer les trois élèves avec qui ils préféraient travailler, ce qui leur a permis de vérifier combien de fois son nom était mentionné.

Trop souvent, les jeunes mal acceptés par leurs pairs tentent de gagner de la popularité et d’attirer l’attention en se mettant à fumer et, avec le temps, deviennent accros au tabac.

Il semble également que les ados marginalisés aient davantage tendance à adopter des comportements controversés –fumer par exemple— alors que ceux qui sont acceptés socialement optent généralement pour des comportements jugés positifs par la société.

Les campagnes anti-tabac visant les jeunes devraient tenir compte de cette réalité.

- Marie-Claude Ouellet