Il n’est jamais trop tard pour cesser de fumer. Mais plus un individu «écrase» à un âge précoce, meilleures sont ses chances de vivre longtemps.

Ainsi, une personne de 34 ans qui arrête de consommer du tabac peut voir sa longévité augmenter d’une dizaine d’années.

Pour un sujet de 54 ans, l’espérance de vie s’accroît de 6 ans en moyenne, révèle une étude menée sur 200 000 Américains.

Autre résultat frappant: une personne qui cesse de fumer avant 40 ans voit ses risques de mourir d’un mal lié au tabagisme —notamment les maladies pulmonaires et cardiovasculaires— diminuer de 90%.

Cela met en lumière un aspect non négligeable de la question: les ex-fumeurs gagnent aussi en terme de qualité de vie, puisque leurs risques de souffrir de maladies associées au tabagisme s’abaissent considérablement.

Enfin, cette recherche souligne qu’un non-fumeur a deux fois plus de chances d’atteindre l’âge vénérable de 80 ans qu’un fumeur.

— Marie-Claude Ouellet