Publicité

Autre action

Blogue

Voulons-nous des sables bitumineux au Québec?

Audrey Yank, le 20 février 2013, 16h56

Les sables bitumineux ne sont plus un problème lointain qui nous concerne que parce qu’on connaît un grand oncle parti travailler dans le nord de l’Alberta. Visibles à partir de l’espace, il n’est plus possible d’ignorer les sables bitumineux. Avec ses émissions catastrophiques de gaz à effet de serre et son impact environnemental sans précédent, ce crime contre le climat, l’eau potable et les générations futures se prépare à arriver à grand pas chez nous au Québec.

Photo aérienne des sables bitumineux albertain
Cliquer sur la photo pour agrandir
Photo aérienne des sables bitumineux albertain Voulons-nous des sables bitumineux au Québec?

Les compagnies pétrolières canadiennes Enbridge et TransCanada se sont fait connaître au cours des derniers mois grâce à leurs projets d’oléoduc respectifs Northern Gateway, vers l’Océan Pacifique, et Keystone XL, vers le sud. De forts mouvements d’opposition en Colombie-Britannique et aux États-Unis obligent maintenant ces compagnies à planifier le transport des sables bitumineux autrement – vers le Québec.

La Ligne 9 d’Enbridge

Cette vieille canalisation a été construite en 1975 et transporte présentement du pétrole conventionnel importé de Montréal vers les raffineries de Sarnia en Ontario. En novembre dernier, Enbridge a soumis une demande à l’Office Nationale de l’énergie afin de renverser la direction du flux vers Montréal pour y acheminer du pétrole lourd venant de l’Alberta.

Le pétrole lourd est le résultat de l’exploitation pétrolière non conventionnelle des sables bitumineux. Cette substance est beaucoup plus visqueuse que le pétrole conventionnel et nécessiterait l’ajout de 30% de produits chimiques synthétiques pour le pomper dans un oléoduc. Étant également plus abrasif, le pétrole lourd représente un risque plus élevé de fuite et de bris pour un oléoduc de cet âge.

L’historique d’Enbridge n’augmente pas ma confiance face au projet d’inversion de la Ligne 9. Enbridge a été responsable de 804 déversements entre 1999 et 2010… Et ils essaient de me rassurer en me disant que se sera différent cette fois-ci?

Récemment, 20 000 barils de pétrole lourd, tout comme celui qui sera transporté par la Ligne 9, ont été déversés dans la rivière Kalamazoo au Michigan suite à une fuite dans un oléoduc construit à la même époque que la Ligne 9.

Pétrole Éthique?

Enbridge veut nous faire avaler la pilule en nous convaincant de la valeur morale supérieure de son pétrole. Même s’il est produit au Canada, l’empreinte écologique du pétrole lourd albertain est 82% plus importante que le pétrole conventionnel importé! Une source d’énergie ne peut être éthique si elle compromet autant l’avenir des générations futures.

Un déversement contaminerait des ressources précieuses d’eau potable. L’inversion de la Ligne 9 deviendra aussi un incitatif à l’expansion des sables bitumineux. Par contre, nous devons laisser dans le sol 80% des énergies fossiles disponibles sur la planète pour éviter des bouleversements climatiques catastrophiques et irréversibles. Sinon, moi je serai encore là, dans 40 ans pour en subir les conséquences…

Un meilleur prix à la pompe pour les contribuables? Un rapport confirme que ce n’est qu’une illusion qu’Enbridge nous transmet. Pour l’instant, le pétrole lourd est moins dispendieux à produire pour la seule raison qu’il est subventionné à plus de 1.3 milliard de dollars par nos taxes. Le coût du nettoyage et des impacts sur la santé publique d’un déversement sera aussi un lourd fardeau monétaire pour notre belle province.

Il a aussi été prouvé que le taux de cancers et de problèmes respiratoires augmentent significativement à proximité des raffineries de pétrole. L’arrivée des sables bitumineux à Montréal ne fera que diminuer la qualité de notre air.

La création de nouveaux emplois est toujours bienvenue. Mais sans planète, aucun emplois en fin de compte. Nous ne devrions pas créer des emplois à n’importe quel prix. Enfin, la Ligne 9 ne créera que 3 emplois permanents!

Voulons-nous toujours des sables bitumineux au Québec?

NB. L’office national de l’énergie organise une session d’information sur le processus de consultations sur le projet de la Ligne 9 ce jeudi 21 février de 18h à 21h à l’Hotel Royal Versailles à Montréal.

1 commentaire

Portrait de jbouchez

Merci pour cet article bien documenté et les sources pertinentes.

À propos des sables bitumineux de l'Alberta, je vais écrire une série de "Saviez-vous que" histoire de faire comprendre leurs impacts au travers de chiffres et d'analogies.

Voici le premier.