On les appelle les drainers, pour égoutiers ou même « rats d’égout ». Il en existe proche de chez nous. La Québécoise Danielle Plamondon se définit plutôt comme exploratrice urbaine des eaux souterraines, que l’on découvre dans le documentaire de Caroline Bâcle, Rivières perdues , projeté récemment au Cœur des sciences de Montréal.

Bien assis dans notre fauteuil, loin de l’odeur et de la noirceur, on les suit dans les méandres souterrains de Toronto à Breschia, en passant par Londres. Ces drainers cherchent les rivières enfouies et les anciennes canalisations cachées dans le sol des villes. Torche en tête, bottes et pantalons de caoutchouc, il s’agit d’une quête plutôt glissante faite de bouches d’égouts, de soupiraux, mais aussi d’arches romaines – pas sous Montréal — et voûtes anciennes dont l’ingéniosité architecturale laisse pantois.

À leur suite, on plonge dans l’obscurité humide et confinée des dessous de Montréal – pour retrouver la rivière Saint-Pierre – ou d’ailleurs. Ces excursions nocturnes sont pour la plupart hors-la-loi – sauf pour les visites guidées du sous-sol aquifère de Brescia (Italie du Nord) organisées par l’organisme reconnu Brescia Underground.

Au-delà des belles images, les drainers nous poussent à nous demander quel est le devenir des rivières qui coulent sous nos pieds et que l’on a recouvertes pour des raisons sanitaires et aussi de développement urbain au 19e siècle. Et au-delà de cette pratique, une autre question émerge : que voulons-nous comme milieu de vie urbain?

La ville américaine de Yonkers a relevé le défi – et loin d’en faire comme Séoul, une attraction un peu artificielle – de mettre en lumière la rivière Saw Mill, dissimulée sous un stationnement depuis 90 ans. Une belle initiative qui fait reverdir son centre-ville. Dans le futur parc, les enfants de Yonkers pourront bientôt attraper des amphibiens ou de petits poissons entre leurs doigts, et même – avec un peu de chance — toucher une anguille d’Amérique qui fait son retour dans cet affluent de la rivière Hudson.

Et vous, entendez-vous le chant de la rivière qui coule sous vos pieds?