Un astéroïde de 2,7 km de diamètre passera tout près de la Terre ce vendredi soir (31 mai). Ce gros caillou, baptisé 1998 QE2, poursuivra tranquillement sa course au-dessus de nos têtes "à seulement" 6 millions de kilomètres de notre planète (environ 15 fois la distance Terre-Lune) sans faire de dégâts ... cette fois-ci!

A-t-on raison d'avoir peur chaque fois qu'un astéroïde passe dans le voisinage de la Terre? Sont-ils une menace majeure pour l'humanité? C'est ce qu'on pourrait croire en écoutant Charles Bolden, le chef de la Nasa : "D'après les informations dont nous disposons, nous ne savons pas si un astéroïde menace la population des États-Unis. Mais si cela doit arriver dans les trois prochaines semaines, priez !" [1]. Après tout, que pouvons-nous faire pour se protéger d'un astéroïde filant à toute allure vers notre maison? Sommes-nous seulement capable de les détecter?

Actuellement, la Nasa a mis sur pied plusieurs programmes de détection qui scrutent le ciel et tentent de remarquer tout mouvement suspect dans l'espace. Par exemple, ATLAS (Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System), utilise la puissance d'un réseau de huit télescopes au sol équipés de caméras haute performance pour avertir la population d'une potentielle collision. Avec tous ces efforts, près 95% des plus gros objets volants passant près de la Terre, c'est-à-dire les débris célestes de plus de 1 kilomètre de diamètre, sont repérés. "Un astéroïde de cette taille pourrait vraisemblablement mettre fin à la civilisation", affirme John Holdren, conseiller scientifique à la Maison blanche [2]. Par contre, seulement 10% des 10 000 astéroïdes plus petits sont détectés. Ces plus petits astéroïdes sont certes moins imposants, mais pourraient être bien dévastateurs : "Un géocroiseur de 300 mètres qui tombe sur Terre, c'est 100 000 fois la puissance de la bombe d'Hiroshima. S'il s'écrase sur Paris, ce n'est pas la ville mais toute l'Europe qui est détruite", avertit Patrick Michel, astrophysicien à l'observatoire de la Côte d'Azur [3].

Ne vous affolez pas! Heureusement les statistiques sont de notre côté! Il y a une relation inverse entre la taille des corps célestes qui viennent heurter une planète et leur fréquence. En d'autres mots, les astéroïdes plus imposants entrent moins souvent en collision avec les planètes. Statistiquement, un caillou de 5 à 10 mètres de diamètre entre dans l'atmosphère de la Terre à chaque année. Assez petits, ils se désintègrent en haute altitude et libèrent l'équivalent de l'énergie d'une petite bombe atomique. Des rochers un peu plus gros, de 50 mètres, tombent sur Terre tous les 1000 ans environ. On recense un tel événement au début du siècle dernier. L'explosion aurait libéré une énergie de 10 mégatones et soufflé une forêt de Sibérie sur 2000 kilomètres carrés (Événement de la Tougouska). Un gros astéroïde de 500 mètres ne chute sur Terre que tous les demi-million d'années.

Plusieurs projets de défense planétaire sont actuellement en phase de développement. L'un d'entre eux, le projet Sentinel de la fondation privée B612 pourrait être opérationnel dès 2016. Ce projet prévoit la mise en orbite autour du Soleil d'un télescope spatial qui scrutera l'orbite terrestre dans l'infrarouge. Son objectif est de recenser en cinq ans et demi plus de 90% des astéroïdes de plus de 140 mètres susceptibles de croiser la route de la Terre à plus ou moins long terme.

L'Union européenne finance actuellement le programme NEOShield qui étudie trois méthodes pour dévier la trajectoire de corps célestes menaçant la Terre :

  • Méthode 1 : maintenir pendant plusieurs années un "vaisseau escorte" très lourd à proximité de l'astéroïde pour le dévier grâce à la gravité du vaisseau qui attire lentement le géocroiseur et modifie son orbite.
  • Méthode 2 : dévier la trajectoire du corps céleste en le percutant de plein fouet avec une sonde spatiale voyageant à très grande vitesse.
  • Méthode 3 (digne du film Armageddon) : la "méthode de la dernière chance" qui consiste en faire exploser une charge nucléaire à proximité de l'astéroïde pour le dévier (Belles vidéos explicatives ici!)

Nous avons probablement raison de craindre une collision majeure, mais il est important de se rappeller qu'elles ont façonné le monde que nous connaissons aujourd'hui. Une collision d'une violence inouïe entre la Terre primitive et un astéroïde de la taille de Mars aurait donné naissance à notre bonne vieille Lune. D'autres impacts seraient responsables de la formation des océans. Ceux-ci auraient été remplis par l'eau provenant des comètes tombées sur Terre. Certains proposent même que les briques élémentaires à la vie seraient venues de l'espace par les comètes (on appelle ceci l'exogénèse). Plus récemment, un astéroïde d'une dizaine de kilomètres serait responsable de la disparition des dinosaures (et du tiers des espèces vivant sur Terre à cette époque) et aurait donné la chance aux mammifères d'évoluer jusqu'à nous!

J'espère ne pas vous avoir trop inquiétés. Dormez paisiblement! En attendant le développement d'un programme de défense planétaire efficace, nous pouvons faire confiance à nos gardiens naturels qui veillent sur nous : Jupiter qui capture énormément de petits corps célestes grâce à son champ gravitationnel particulièrement important et la Lune dont la surface atrophiée témoigne des nombreux coups qu'elle a absorbés pour nous.

- Laurent Olivier