Place au spectacle, pour ma fille et moi, à l’occasion de notre premier feu d’artifice de l’été, assises sous la voute étoilée, les orteils dans l’herbe et des pétards plein les yeux. L’occasion aussi de faire un peu de science informelle au fil du feu roulant des questions de la demoiselle.

- Maman, pourquoi on voit le feu d’artifice avant d’entendre l’explosion ?

Ma petite chérie, comme tu vas l’apprendre bientôt à l’école – elle n’est encore qu’en 3ème année du primaire – la lumière voyage plus vite que le son. La lumière, elle voyage à 300 000 kilomètres par seconde - 299 792 458 mètres par seconde - tandis que le son va à 340 mètres par seconde – dans l’air à 15 degrés C (environ). Comme les soirs d’orage où les éclairs zèbrent le ciel avant que l’on entende le tonnerre, on entend l’explosion bien après avoir vu la chandelle romaine traverser le ciel.

- Maman, qui a inventé le feu d’artifice ?

Facile – c’est la question que tout parent attend avec impatience ce soir – ce sont les Chinois. Ils ont utilisé de la poudre noire – « médicament à feu », comme ils l'appelaient, fait de salpêtre, soufre et charbon de bois -pour faire la guerre mais aussi pour les divertissements. C’est Marco Polo qui aurait rapporté cette poudre noire en Europe au 13ème siècle. On ignore s’il a organisé des feux d’artifice mais on sait que cette poudre a servi de poudre à canon – pour faire la guerre donc, pas la fête !

- Maman, pourquoi la lune brille autant que les feux d’artifice ?

C’est le soleil qui illumine la lune et, tu as raison, ce soir elle est presque pleine et la Terre cache peu de la lune (mercredi 24 juillet : lune gibbeuse descendante). Elle rayonne donc car cette lumière - les rayons réfléchis plutôt - en pénétrant dans l’atmosphère terrestre est légèrement altérée par cette couche protectrice, cela la fait briller. Pour les feux, le rayon de lumière provient de l’explosion d’une substance (poudre noire) qui éparpille des étoiles artificielles dans le ciel. C’est ce qu’on appelle l’incandescence, un rayonnement de ce qui est chauffé… c’est brillant !

- Maman, mes préférés sont d’abord le feu « mousse au chocolat », la « petite neige scintillante », les « météorites » et la « fleur violette et blanche ». Comment est-ce possible qu’ils soient tous différents les feux ?

C’est la magie du pyrotechnicien – celui qui fabrique les feux. En plus de la poudre noire, chaque feu contient de petits sachets d’une mixture que l’on nomme étoiles. C’est la disposition des étoiles dans chaque compartiment qui va donner à voir des soleils, des chandelles, des serpentins ou des palmiers colorés. Et dedans, différents composés chimiques (zinc, calcium, potassium et autres) vont donner les diverses couleurs (bleu, orange, violet, etc.). Place donc aux fleurs violettes et à la mousse au chocolat orange !

- Maman, pourquoi il y a tellement de fumée… on ne voit presque plus la lune ?

Les feux d’artifices, magiques pour l’œil , émettent des gaz et de la fumée faites de petites particules fines qui restent en suspension dans l’air. Elles se composent de différents éléments chimiques et des métaux : potassium, manganèse, chlore, titane, aluminium… Pas très bon à respirer tout ça ! Si bien que certains scientifiques imaginent des fusées d’artifices écolos dans leur laboratoire.

C’est vrai qu’elle était belle et rousse la lune ce soir-là. La fumée libérée par les pétards l’enveloppait de voiles. Cela lui donnait des visages changeants… on aurait presque pu croire qu’il y avait quelqu’un sur la lune – sans doute l’occasion de parler de vie extraterrestre. Mais ça, ce sera une autre petite histoire de science…