Un lecteur compétent utilise plusieurs stratégies de lecture en comparaison à un lecteur éprouvant des difficultés. Mais, ces stratégies, comment les apprend-il?

«Certains parents liront une histoire à leur enfant et ensuite fermeront le livre. D’autres profiteront du livre pour discuter et interagir avec lui», explique Julie Provencher, créatrice de la communauté pouvoirdelire.com, lors des Grandes rencontres sur la persévérance scolaire, qui ont eu lieu du 4 au 6 novembre 2013, à Montréal.

Poser des questions à son enfant

Un enfant qui sera fréquemment exposé à des textes écrits durant la petite enfance aura souvent une conscience de l’écrit avant même son arrivée à l’école. Alors qu’il semble bel et bien exister un lien entre la lecture de livres par les parents aux enfants et le rendement en lecture, des chercheurs insistent sur le fait que c’est surtout la qualité des interactions qui aurait un effet sur les habiletés des enfants.

«Notre recherche a démontré que les parents associés aux enfants ayant de meilleurs résultats en lecture guident et suscitent davantage la participation de leurs enfants en utilisant différentes stratégies. Par exemple, demander à son enfant de résumer dans ses mots, d’inférer et de porter un jugement sur le texte», énumère la consultante en éducation. Donc, lire un livre à son enfant, c’est bien, mais en discuter avec lui, c’est mieux!

Des outils pour accompagner les parents

La compréhension orale est également un facteur important pour le développement langagier de l’enfant, ainsi que pour sa compréhension de lecture. Il arrive que certains bambins éprouvent des retards au niveau expressif du langage. «Ces “parleurs tardifs” utiliseront moins de 50 mots et très peu de verbes d’action à l’âge de deux ans», fait valoir Sylvie Martin, orthophoniste au Centre pédiatrique de Laval.

Cependant, il existe des moyens pour aider son enfant dans sa prononciation et stimuler son langage. Mme Martin recommande deux livres, Parler : un jeu à deux et L’apprentissage des sons et des phrases : un trésor à découvrir, afin d’outiller les parents.

Dans d’autres cas, l’intervention d’un professionnel est nécessaire pour aider l’enfant dans son élocution. Malheureusement, on ne retrouve pas d’orthophonistes dans tous les CLSC, comme c’est le cas dans la MRC de Brome-Missisquoi.

«Les intervenants en milieu communautaire peuvent aider les parents, précise Sarah Leclerc Gendron, coordonnatrice du Comité d’action local de Cowansville, un regroupement multisectoriel d’organismes qui a pour but de contribuer au développement des enfants de 0 à 5 ans. Nous offrons des conférences et des ateliers afin de donner de l’information aux parents pour qu’ils agissent le plus tôt possible auprès de leur enfant. Un programme d’orthophonie communautaire pour combler le manque de spécialistes dans notre région a été mis sur pieds. Notre objectif est que tous les jeunes arrivent à l’école bien préparés.»

Par Marie-Eve Cloutier – Agence Science-Presse