Dans le cadre du Pleins Feux d'avril sur la Science et l'humour, je vous propose de découvrir une poignée de faits cocasses sur nos amis les mammifères marins. Les mots «dauphin», «otarie» ou «baleine» évoquent pour vous d'adorables créatures inoffensives, pleines d'amour et d'arcs-en-ciel? Je crains que cet article ne vous fasse déchanter. Attention, humour pipi-caca-prout des plus fins et des plus subtils; vous êtes prévenus!

Phoques, morse, loutres, ours blanc, dauphins, baleines, marsouins, lamantins: tous ces animaux ont une histoire commune, bien que très différente. Un jour où ils regardaient leurs mammifères de copains brouter l'herbe et cueillir des fruits, ils se sont dit qu'ils en avaient marre de cette vie-là et ont piqué une tête dans la grande piscine naturelle qu'est l'océan. Ils s'y sont trouvés si bien que des millions d'années plus tard, leurs descendants y sont toujours! (Histoire légèrement romancée; tous ne sont pas retournés à l'eau en même temps et je doute qu'ils se soient dit qu'ils en avaient marre, ce billet manque de rigueur, c'est déjà mal barré...)

Les mammifères marins sont ce qu’on appelle dans le jargon écologique des espèces «charismatiques». Ces espèces revêtent une aura particulière auprès du grand public et sont souvent utilisées comme emblèmes pour marquer les esprits.

Maintenant que les présentations sont faites, souillons sans plus attendre l'image de ces stars des océans!

  • Au Japon, le dauphin commun (Delphinus delphis) est habituellement appelé «Testis dolphi », ce qui se pourrait se traduire approximativement par «Couillu Le Dauphin».

  • En effet, l’appareil reproducteur a l’air fort bien développé chez ces animaux marins: par exemple chez le Dauphin à long nez (le Flipper que l’on connaît, alias Tursiops truncatus), chaque testicule pèse plus de 5kg pendant la saison de reproduction. Imaginez la taille du slip...

  • Chez plusieurs espèces de lions de mer, les jeunes mâles entreprennent parfois des raids nocturnes dans la colonie au cours desquels ils maltraitent des petits (y compris par des abus sexuels), ces supplices pouvant même entraîner la mort de leurs victimes. D’autres peuvent aussi virer cannibales en mangeant des juvéniles après les avoir noyés. Les scientifiques ne sont pas encore parvenus à saisir l’intérêt évolutif de tels comportements…

Parce que les Cétacés ne ratent jamais une occasion de se faire remarquer, certains ont développé des stratégies d’alimentation originales:

  • Lorsqu’ils chassent sur la côte, les Grands Dauphins (Flipper et ses cousins, Tursiops spp.) ainsi que certains dauphins à bosse (Sousa spp.) aiment se nourrir des poissons qui se situent au bord du rivage. Ils s’en emparent d’une manière assez particulière: d’un brusque mouvement du corps, ils projettent les poissons sur la plage et vont ensuite s’y échouer volontairement pour passer à table. Puis ils retournent à l’eau, le ventre plein. Finalement, Walt Disney n’a pas inventé grand-chose avec sa Petite Sirène…

  • Les baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) chassent souvent en groupe. Quand elles repèrent un banc de poissons particulièrement alléchant, elles l’encerclent et se mettent à faire des bulles à l’aide de leur bouche. Les poissons se trouvant soudainement au beau milieu d’un couloir vertical de bulles commencent à voir leur vie défiler devant leurs yeux. Ils se rapprochent les uns des autres jusqu’à former une boule compacte, telle une bande de petits enfants en colonie de vacances à qui on raconte des histoires d’horreur autour d’un feu de camp. Les baleines n’ont plus qu’à s’avancer à tour de rôle pour se nourrir au sein du banc en picorant tous les apéricubes au saumon (leurs préférés). Cette technique semble relativement répandue au sein des Cétacés, elle est notamment pratiquée par certains dauphins et par les orques (Orcinus orca).

  • Mais les bancs de poissons ont du répondant: œil pour œil, bulle pour bulle. Quand ils se font attaquer par un prédateur, ils émettent parfois en chœur des flatulences pour brouiller le système de sonar des Cétacés. D’après nos experts, cette stratégie d’évitement est tout à fait applicable par les humains et très efficace dans la vie de tous les jours, en particulier dans les transports en commun aux heures de pointe.

  • Pour la énième fois, vous surprenez votre femme avec une éponge à la main, en train de faire briller toute la maison. Cette maniaquerie commence à vous taper sur les nerfs, d’autant plus qu’elle ne vous demande jamais votre avis: oui, vous aimez les miettes. Les regarder vous remémore avec émotion vos derniers repas. Cessez donc cette rancune, Monsieur, vous ne pouvez pas lutter: ce comportement n’est pas sa faute, c’est uniquement son instinct primaire de dauphin qui ressort. Eh oui, les dauphins mordent dans des éponges pour fouiller le sédiment en quête de grignotages protéinés. C’est en tout cas une pratique employée par certains Flippers (toujours Tursiops spp.) et qui se transmet par la culture (par opposition aux gènes) au sein des groupes sociaux.

  • Les lamantins (Trichechus spp.) ainsi que le dugong (Dugong dugon) appartiennent à l’ordre des Siréniens, ce qui explique leur ressemblance frappante avec ces créatures mythiques à l’irrésistible beauté. Les scénaristes de How I Met Your Mother auraient-ils fait un clin d’œil aux mammologues et systématiciens avec leur «Mermaid Theory»?

  • Quand les baleines ont peur, elles se mettent à déféquer brusquement puis vont se cacher dans le nuage opaque ainsi formé. Pour rester dans le même thème, les dauphins se promenant en groupe ont tendance à passer préférentiellement dans le caca de leurs congénères, probablement parce qu’il contient des phéromones les informant en temps réel d’une menace. Mieux qu’un avertisseur de radar…

  • Des dauphins d’eau douce, ça existe?! Mais oui, lecteur, 5 espèces de dauphins peuplent actuellement les eaux d’Amérique du Sud ou d’Asie (enfin plus pour longtemps s’ils subissent le triste sort du Baiji…). Le Phoque de Sibérie (Pusa sibirica) est quant à lui inféodé aux eaux douces du lac Baïkal.

  • Connaissez-vous la Rhytine de Steller (Hydrodamalis gigas)? Je parie que non, et pour cause : elle est aujourd'hui éteinte. Cette vache de mer vivait dans les eaux arctiques et mesurait pas moins de 8 mètres de long pour 11 tonnes, autant qu'un petit rorqual! Malheureusement, ses nombreuses qualités lui ont causé du tort: pas peureuse pour un sou, une chair goûteuse, un lait délicieux et une fourrure à tomber, ce fut bingo pour les pêcheurs qui l'ont rayée de la surface du globe en moins de 30 ans après sa découverte.

Pour finir sur une note plus gaie, je vous propose ce Ugly/Pretty Top 8 en image! (Longueurs non contractuelles. Le Sousouc est un dauphin d'eau douce qui vit dans le Gange.)

Allez, salut et merci bien pour le poisson!