C’est non seulement le plus gros fruit au monde, mais aussi un des plus surprenants: découvrez comment le cocofesse a fait chavirer le cœur des explorateurs et naturalistes de l’Histoire.

Nous sommes au XVIIIème siècle. Marc-Joseph Marion du Fresne, corsaire malouin et explorateur, navigue en plein Océan Indien. De temps à autre, il voit passer une paire de fesses devant ses yeux ébahis, flottant impunément à la surface de l’eau turquoise. Naufrage? Apparition divine? Clin d’œil du Dieu du punch? Que nenni, il s’agit en réalité de noix; de très grosses noix, puisqu’elles peuvent atteindre 50cm de long et peser 40kg (et pourtant elles flottent, comme dirait Galilée). Elles se font porter par l’eau dans l’espoir d’atteindre des terres fertiles (on appelle cela de l’hydrochorie). Mais d’où viennent-elles? Dans son Voyage à la Nouvelle Guinée (1776), Pierre Sonnerat raconte: «Ne connaissant pas l’arbre qui le produisait, ne le pouvant découvrir, on avait imaginé que c’était le fruit d’une plante qui croissait au fond de la mer, qui se détachait quand il était mûr, et que sa légèreté faisait surnager au-dessus des eaux». Grâce à Marion-Dufresne, le mystère est levé: point d’arbre sous-marin, il découvre que ces noix sont en réalité le fruit d’un cocotier qui a élu domicile sur l’archipel des Seychelles. Cette plante peut atteindre 25 mètres de hauteur, soit l’équivalent d’un immeuble de 8 étages!

1768, Isle de France (Île Maurice). Philibert Commerson, explorateur et naturaliste, frétille de bonheur: l’abbé Rochon lui a rapporté des Seychelles de nouveaux échantillons exotiques à décrire. L’un de ces échantillons l’impressionne tout particulièrement, et pour cause: non seulement cette noix de coco a une forme évocatrice, mais en plus elle est énorme! Il va jusqu’à écrire qu’il considère le coco de mer comme «celle de [ses] découvertes [qu’il a] le plus à cœur», lui qui a pourtant décrit plus de 6000 espèces. Avec son dessinateur attitré Sanguin de Jossigny, il produit 15 planches de splendides dessins naturalistes de la plante, la classe parmi les «palmiers à feuilles en éventail, [...] à pieds mâles et femelles séparément» (dioïque, pour les intimes). Il s’arme de sa plus belle plume et baptise la chose: Lodoïcea callipyge. Lodoïcea probablement en l’honneur du Roi de France Louis XV, et callipyge signifiant «doté de belles fesses». Hélas, malgré toute la poésie de ce nom, c’est finalement un autre qui perdurera dans la nomenclature botanique: la guerre des naturalistes est rude et le vainqueur s’appelle Persoon. Mycologue sud-africain, il a réussi à faire traverser les âges au nom Lodoicea maldivica depuis 1807. Comble de l’histoire, en dépit de son nom ce cocotier ne pousse même pas aux Maldives!

Les médecines chinoise et ayurvédique attribuent à ces fruits bilobés (mais parfois trilobés et jusqu’à hexalobés) des vertus aphrodisiaques, d’où un commerce très important vers l’Inde et la Chine. Mais comme tout végétal, le coco de mer a besoin de ses fruits pour se maintenir, d’autant plus que l’espèce est endémique et que sa graine met pas moins de 6 ans à germer. A cause de l’exportation de ses fruits, cette plante se raréfie à tel point qu’elle figure désormais sur la liste des espèces menacées d’extinction depuis 1998. De quoi rendre morose plus d’un navigateur…

Une anecdote pour finir? On raconte que Bougainville, en contemplant le fruit dans le cabinet de curiosité de l’intendant Pierre Poivre, aurait proposé de le baptiser «cucul la prasline», Praslin étant le nom d’une des îles des Seychelles où le cocotier de mer a élu domicile!