L’Union africaine a récemment sollicité à Abidjan le soutien du gouvernement ivoirien dans la lutte contre le virus Ebola dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest durement touchés par la pandémie et annonce un renforcement du personnel de santé venant de l’Afrique dans ces pays.

La présidente de la Commission de l’Union africaine, Dlamini-Zuma a rencontré à cet effet, les plus hautes autorités ivoiriennes.

«Nous souhaitons que la Côte d’Ivoire envoie plus de personnels de santé au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée pour renforcer les équipes déjà présentes sur le terrain», a-t-elle expliqué après son audience avec le chef d'État ivoirien.

Selon Médecins sans frontières, l’aide internationale consacrée à l’épidémie d’Ebola doit être renforcée de toute urgence. «L’épidémie est toujours hors de contrôle et continuera de se propager si davantage de personnel et de moyens ne sont pas rapidement déployés. Au Liberia et en Sierra Leone, le bilan continue de s’alourdir de façon dramatique. En Guinée, où l’épidémie a démarré, la situation n’est pas encore sous contrôle», indique l’organisation non gouvernementale internationale d'origine française dans un communiqué de presse. L’institution internationale souligne que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l'Ouest est la plus importante jamais enregistrée depuis l'identification de la maladie, en 1976.

Le document souligne que les autorités de ces trois pays les plus touchés ont besoin du soutien d’autres pays et organisations. Des moyens financiers seuls ne suffisent pas: ces pays ont besoin de main-d'œuvre et d’expertise.

Pour le personnel médical ivoirien volontaire qui se déplacera dans les pays limitrophes infectés par le virus Ebola, la commission de l’Union africaine compte prendre en charge l’assurance et les primes. Cependant, «les salaires seront supportés par le pays».

Mme Dlamini-Zuma est arrivée en Côte d’Ivoire après une visite en fin de semaine en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée. Selon elle, plusieurs pays africains ont décidé d’envoyer dans les pays infectés des experts en santé. La République démocratique du Congo qui a eu à gérer cette épidémie pendant des années s’est engagée à mettre à la disposition de l’Union africaine 1000 agents de santé.

La Communauté d'Afrique de l'Est avait annoncé le 17 octobre dernier, l'envoi de plus de 600 professionnels de santé.