Quel est l'intérêt d'avoir une science intègre, libre et indépendante? Pourquoi la science est-elle un des plus gros remparts contre les idéologies, l’ignorance, les conflits d’intérêts, les dérives et la paresse intellectuelle?

Par Pascale Lehoux, Ph.D, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les innovations en santé —ÉSPUM.

D’ici 2017, ce sont des coupes à la hauteur de 2,6 milliards et de 7500 postes qui auront été imposées par le gouvernement fédéral à dix de nos ministères et organismes à vocation scientifique. Il n’est donc pas étonnant que l’on ait vu 250 scientifiques protester à Ottawa le 19 mai dernier.

Un des enjeux sur la table des négociations est le droit à la liberté d’expression. Cette liberté est un principe fondamental, car sans celle-ci, il ne peut y avoir d’intégrité scientifique. Et une science sans intégrité n’est pas une science.

Mais que fait un scientifique? Qu’a-t-il à dire de si précieux pour les Canadiens? Quel est son rôle dans une économie du savoir?

La science est un métier exigeant, qui oblige le scientifique à réfléchir avant de prendre la parole. Sa liberté d’expression n’est pas une simple affaire d’opinion. La science demande que soient examinées attentivement plusieurs sources de données et que les observations soient mises à l’épreuve. La critique est le moteur de la science et implique des échanges avec des experts internationaux.

La science doit également être partagée avec le public. Ceci se fait souvent par l’intermédiaire de journalistes scientifiques et d’organismes sans but lucratif, comme l’Agence Science-Presse. Ces «traducteurs» de la science ont pour mission de consolider notre culture scientifique. Ils déploient leur ingéniosité pour, par exemple, permettre aux jeunes de comprendre le monde dans lequel ils grandissent. Des phénomènes chimiques aux principes de l’évolution, de l’équilibre des écosystèmes aux effets des polluants marins, nos jeunes développent une curiosité et un esprit d’analyse qui sont tous deux essentiels pour évoluer dans une économie du savoir.

La science transforme aussi notre quotidien, souvent sans que l’on s’en rende compte. Dans le domaine de la santé, par exemple, la recherche appliquée permet de développer des outils pour les malades chroniques afin qu’ils consolident leur propre expertise quant aux soins qui leur sont destinés. Il y a aussi des sciences dont le public n’entendra jamais parler, à moins qu’une crise ne se déclare.

Par exemple, la surveillance épidémiologique s’exerce bien souvent dans l’ombre jusqu’à ce qu’une épidémie fasse les manchettes. Même si ce n’est qu’à ce moment précis que les journalistes et le public désirent savoir, les connaissances ne peuvent être partagées que si le travail des scientifiques a été soutenu de manière constante et leur indépendance protégée. Cette indépendance est cruciale et a des répercussions pour chacun d’entre nous.

La science est l’un —sinon le seul— de nos remparts contre l’idéologie, l’ignorance, les conflits d’intérêts, les dérives et la paresse intellectuelle. Les élus, les employeurs, les industriels ou les spéculateurs financiers ne sont pas des scientifiques. Et la science doit rester à l’abri du pouvoir, des lobbys ou du monnayable pour circuler publiquement.

Sur ma route de chercheuse, j’ai découvert que l’indépendance scientifique n’est jamais acquise. Une étude qui semblait interférer avec un projet de loi en préparation a suscité des menaces sans équivoque de la part d’un sous-ministre désireux de protéger ceux qui gouvernaient. Dans une démocratie, le savoir doit circuler pour pouvoir être mis au service des citoyens.

À quoi sert un scientifique? À réfléchir, analyser, douter et parfois provoquer. Éclairer autant que possible. Dénoncer s’il le faut. L’une des raisons pour laquelle nous voulons une science intègre et libre est que celle-ci protège chacun des citoyens.

Ce texte a été publié dans Le Devoir, le 26 mai 2015