Si je suis silencieuse sur le blogue ces temps-ci, c’est que je suis occupée ailleurs. Mais je m’en voudrais de ne pas vous parler de la campagne #100LaScience , à laquelle je participe en temps que coordonnatrice.

#100LaScience est née de l’idée de l’Agence Science-Presse de souligner l’importance du journalisme scientifique dans notre société. Des journalistes scientifiques qui vantent le journalisme scientifique, ne frôlons-nous pas le conflit d’intérêts ? Oui… puis non.

Il n’y a pas que les journalistes scientifiques qui trouvent leur métier pertinent et essentiel à une société démocratique.

Des chercheurs universitaires, en éducation, littérature, santé publique et mathématiques, se portent à sa défense. D’autres chercheurs, d’autres disciplines, publieront des textes en cours d’année sur ce même thème.

Des personnalités publiques aussi. Avec une formidable équipe de bénévoles, nous avons approché 100 personnalités, afin qu’elles nous disent en quelques mots en quoi le journalisme scientifique était pertinent à leurs yeux. Leurs déclarations ont magnifiquement été illustrées par Jacques Goldstyn, le dessinateur des Débrouillards. Un florilège de mots, de traits et de couleurs que je vous invite fortement à découvrir.

Et enfin il y a vous. L’Agence Science-Presse vous invite à participer au Détecteur de rumeurs, une rubrique de vérifications des faits dédiée à la science. Une première dans le monde… 
Vous pouvez y contribuer au travers de la campagne IndieGogo. Chaque don compte, aussi petit soit-il. Cela démontre notre intérêt collectif à une information de qualité.

Pour en savoir plus sur la situation du journalisme scientifique, je vous invite à lire l’article de Valérie Borde dans L’actualité et de consulter la revue de presse compilée par l’Agence Science-Presse.

Ce billet a d'abord été publié sur le site BriteSciences.