Les champignons, vous connaissez ? Si nous mangeons sans crainte les petits champignons blancs de l’épicerie, jamais nous n’oserions toucher les champignons sauvages de nos forêts. Pourtant, ils nous intriguent avec leurs différentes formes, couleurs et textures. Ils charment les papilles des plus gourmands, pourvu que ces derniers ne s’improvisent pas mycologues.

Durant les 24 heures de science, les Mycologues amateurs de l’Outaouais organisent une excursion aux champignons accompagnée d’un rallye photo, avec la Ville de Gatineau-Lac Beauchamp. Cette activité gratuite est accessible pour toute la famille. Plongez dans l’univers fascinant de l’identification et de la cueillette de champignons sauvages. 

Durant une belle balade en forêt, vous étudierez de près ce microcosme aux senteurs de terre boisée. Vous apprendrez à reconnaître les champignons comestibles et les champignons toxiques. Au menu, de la fausse morille, de la morille commune et de la morille conique, de la verpe de bohème, des polypores de toutes sortes, des pleurotes et d’autres belles surprises.

C’est quoi ça un champignon ! 

Le champignon fait partie de la classe des moisissures. Comme les algues et le lichen, leur appareil végétal, son thalle — ou mycélium — ne comporte ni tige, ni racine, ni feuille. Contrairement aux autres végétaux, les champignons sont exempts de chlorophylle. Il puise ses substances nutritives des composantes organiques d’organismes morts ou vivants. Il peut également vivre sur les arbres ou sur les plantes en symbiose (association bénéfique aux deux êtres vivants) ou en tant que parasite. 

Les variétés de champignons varient selon les saisons, l’environnement et le climat. Certains facteurs, comme l’habitat, les arbres, le drainage du sol, l’ensoleillement, l’abondance des précipitations peuvent favoriser leur croissance. 

Récolte de champignons
© MacSkimming (Mycologues amateurs de l’Outaouais)

Traquer son champignon

Selon l’organisme MycoQuébec, il existerait près de 2927 espèces différentes de champignons au Québec. Dans la mêlée, certains sont de vrais trouble-fêtes. Ils ne sont pas forcément mortels… mais ils pourraient vous causer de sérieux malaises. Il est donc important d’être accompagné par un mycologue averti pour partir à la chasse aux champignons sauvages et de toujours avoir sur soi un livre de référence. Tout particulièrement lorsqu’on débute.

Les Mycologues amateurs de l’Outaouais offrent à leurs membres une diversité d’activités durant l’année ». Ils disposent également de plusieurs livres de référence, disponibles lors des excursions.

- Caroline Senécal