Un peu partout dans le monde, samedi 22 avril 2017, des milliers de personnes se sont mobilisées pour la « march for science », #sciencemarch, « une marche citoyenne pour les sciences, contre l'obscurantisme ». Et chez moi, au Rwanda ?

J'aurais bien voulu y aller moi à une « march for science », j'aurais bien voulu me joindre aux autres voix, me réconforter dans un esprit de franche camaraderie, à marcher comme un seul homme dans les rues, à dire que oui, nous sommes là ! La science vaincra, « No science, no futur ! » En Arctique, en Antarctique, en Amérique latine, en Asie, en Europe, sur la terre, sous l'eau.... Partout, des centaines de milliers de personnes ont marché ensemble. L'Afrique s'est mobilisée aussi, il y a eu des "march for science" au Kenya, Nigeria, Ouganda...

Et au Rwanda ? Eh bien, rien... Pourquoi suivre la masse, hein ? Pourquoi est-ce que je ne me suis pas bougé le cul pour faire une « march for science » au Rwanda ? Euh... et bien... Je vous avoue que je me vois mal organiser une manif au Rwanda en fait... Une collègue m'a même suggéré l'idée mais voilà, j'ai laissé tomber au moment même où l'idée m'a traversé l'esprit... Cependant, j'avais quand même cette envie d'exprimer ma sympathie et mon appartenance à ce mouvement mondial, à titre personnel, sans vouloir parler pour les autres, avec un GIF tout simple.

March for science RWanda
" March for science " Rwanda

Je dois dire que je me sens bien souvent seul ici... Les cours de biologie de beaucoup d'écoles sont créationnistes, même au KICS (pour Kigali International Community School), une école internationale américaine (je tiens ça d'amis qui ont eu leurs enfants dans cette école). Sur son site, cette école de grande renommée ici ne cache pas ses penchants chrétiens : "KICS is a fully accredited member of the Association of Christian Schools International (ACSI) (...)" et, de plus, est reconnue par le ministère de l'éducation rwandais : "(KICS) is endorsed by the Rwandan Ministry of Education as a sound educational institution". Et puis, il y a cette phrase sur leur page d'accueil : « Join the KICS family and impact the world for christ ».

Je réalise régulièrement des formations en pédagogie des sciences pour des profs locaux du primaire et du secondaire. Lors de ma formation sur la théorie de l'Evolution, qui a eu pas mal de succès, les enseignants de biologie m'ont confié que c'était la première fois, avec moi, qu'ils avaient eu de vrais cours sur la théorie de l'Evolution... (Je passe les débats sur l'athéisme, sur la « création » qui n'est pas un fait, sur ce qu'est un fait, qu'il ne faut pas faire « acte de foi » pour faire de la science et que donc on ne peut pas « croire » en la science, mais la comprendre...). Un thème délicat à aborder a été celui de la « construction des identités meurtrières » pour reprendre le titre du livre d'Amin Maalouf, au Rwanda comment est-ce qu'une pseudoscience, subjective, orientée politiquement et religieusement a pu mener au racisme et au génocide. On m'avait aussi formellement interdit d'en parler à l'époque, ma directrice de l'époque disait « ne te mêle pas de ça, ce n'est pas notre histoire », mais voilà, maintenant, ce thème est devenu un thème incontournable, même à l'Ecole Belge de Kigali !

Une autre formation sur l'éducation sexuelle a été très bien reçue aussi ! J'ai mis en place cette formation, aussi contre l'avis de ma directrice de l'époque (une autre) : des thèmes comme le planning familial, la contraception, l'homosexualité, gérer un débat houleux, les hormones... ont été abordées ! Première fois aussi, m'ont confié les enseignants, qu'ils ont reçu une formation objective sur ces sujets tabous.

Chaque année, je réunis un peu d'argent avec l'aide de l'École Belge de Kigali pour faire ces formations (même si mes directions ne sont pas toujours d'accord avec les thèmes ), je suis totalement indépendant et à part l'École Belge de Kigali, aucune autre institution dont j'ai sollicité le soutien n'a voulu me répondre. Mais je continue, ça relève parfois du militantisme, je l'avoue.

C'est comme mon blog, un des seuls blogs francophones de sciences en Afrique (en fait, je n’en ai jamais trouvé aucun en cherchant sur le net) dans un pays à la connexion Internet catastrophique, je me demande parfois pourquoi je continue... Je perds tellement de temps à attendre que mes pages chargent, à me reconnecter je ne sais pas combien de fois toutes les 5 minutes ... En particulier lors de la saison des pluies ! Heureusement que je peux compter sur le soutien inconditionnel de mes communautés de blogueurs : le café des sciences, les Mondoblogueurs de RFI, l'Agence Science-Presse. Sans eux, j'aurais arrêté depuis longtemps ! Six ans de blogging scientifique quand même...

Alors, ce n'est pas que virtuel, vous savez ! Chaque jour, quand je vais au boulot pour donner mes cours de bio et chimie, quand j'organise mes formations, quand j'arrive à me connecter à mon blog, je « marche pour la science ».

Yeah. (De la route, de la science et du rock'n'roll : Rock'n'Science !)

(Un commentaire de soutien ça fait toujours plaisir !)