Parce que la lutte à la désinformation ne se fera pas seulement en décriant les manchettes une à la fois, le Détecteur de rumeurs, la première rubrique de vérification des faits en science en français, met l’accent ce printemps sur sa Boîte à outils, sur ses trucs et astuces à l’intention du lecteur, et sur ses conférences auprès des jeunes, dans le cadre de sa mission d’éducation aux médias. Afin que vous puissiez vous aussi vous faire plus critique des informations qui circulent sur le web et les réseaux sociaux.

À une époque où tout un chacun peut produire de l’information et la diffuser vers un large public, par l’entremise entre autres des réseaux sociaux, il faut savoir se référer à des sites crédibles parce que:

  • Derrière certaines nouvelles peuvent se cacher des groupes d’intérêts ;
  • Les scientifiques sont de plus en plus soumis à la pression de publier des résultats ;
  • La science, souvent, n’est ni blanche, ni noire, mais plutôt un processus tout en nuances de gris que le simple citoyen doit pouvoir décoder.

Avec les outils qui vous seront proposés par le Détecteur de rumeurs, vous pourrez donc vous aussi vous prêter au jeu de la vérification des faits ! À l’aide, par exemple, de clips sur ce qui distingue une nouvelle crédible en science ou sur les questions de base à se poser avant de partager sur Facebook. Ou encore des ateliers pour les jeunes sur « Comment repérer une fausse nouvelle en science ».

Pourquoi l’Agence Science-Presse ?

En tant que média, l’Agence Science-Presse produit et diffuse de l’information. Si cette montée de la désinformation vous préoccupe, sachez qu’elle nous interpelle tout autant. Mais nous pensons que nous pouvons tous faire partie des solutions dans cette lutte à la désinformation. Le Détecteur de rumeurs s’inscrit ainsi dans la mission de 38 ans de l’Agence Science-Presse : soutenir un journalisme scientifique de qualité, seule arme possible pour contrer les fausses nouvelles et décoder l’actualité !