Les biologistes observent un nombre grandissant d’otaries emmêlées dans des filets de pêche, étranglées par une corde ou une boucle de plastique.

D’autres encore ont avalé des hameçons ou des lignes à pêche.

Les déchets marins menacent plusieurs animaux tels les oiseaux, les poissons, les baleines et les tortues.

Mais la situation de l’otarie de Steller est particulièrement préoccupante puisqu’il s’agit d’une espèce en voie d’extinction.

Depuis la fin des années 1970, la population de ce mammifère marin a chuté de plus de 80% dans l’ouest de l’Alaska.

Une étude menée durant huit ans a répertorié 388 otaries de Steller ayant souffert de problèmes liés aux déchets marins.

Pour réduire le danger, on recommande d’utiliser des lignes à pêche biodégradables, de ne rien jeter dans l’eau ou sur le rivage, de couper les attaches en plastique en forme de boucle avant de les jeter aux ordures et de participer aux corvées de nettoyage des plages.