Que les jeunes gais, lesbiennes et bisexuels se rassurent: à mesure qu’ils avanceront en âge, ils subiront probablement moins d’intimidation.

Cette bonne nouvelle provient d’une étude menée entre 2003 et 2010 sur plus de 4000 étudiants britanniques, dont 187 gais, lesbiennes ou bisexuels.

Au début de l’étude, alors que ces jeunes avaient 12-13 ans, un peu plus de la moitié des sujets appartenant à une minorité sexuelle ont déclaré être victimes d’intimidation.

Sept ans plus tard, cette proportion a chuté à 9% chez les hommes et à 6% chez les femmes.

Malgré cette baisse appréciable, les étudiants homosexuels souffrent davantage d’exclusion sociale que les autres.

Tandis que les étudiantes âgées de 19-20 ans rapportent un taux d’intimidation pratiquement identique quelle que soit leur orientation sexuelle, les hommes gais courent 4 fois plus de risques de subir de l’intimidation que leurs comparses hétérosexuels.

Les résultats de cette recherche s’expliquent en partie par les changements de mentalité qui se sont opérés récemment dans les sociétés occidentales: légalisation du mariage gai dans plusieurs pays –dont le Canada, l’Espagne, la Norvège et plusieurs États américains—, campagnes de sensibilisation contre l’intimidation dans les écoles, nombreux politiciens et artistes «sortis du garde-robe».

Toutefois, il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour lutter contre les préjugés envers les gais.

— Marie-Claude Ouellet