« Tsiou, booom, argh! » Les bruits d’un rayon laser, d’une explosion et d’un superhéros qui frôle la mort. Un extrait sonore typique de la cave de mes parents, il y a une vingtaine d’années. Faut dire que j’adorais jouer au « bonhomme », inventant des scénarios pas possibles avec mes figurines de superhéros préférés, les Tortues ninjas et les X-men. Quelque chose m’attirait dans la (pseudo) explication génétique de leurs super pouvoirs. Ce que j’aurais donné pour avoir le gène pour « tirer des lasers par les yeux » !

Bon, dit comme ça, j’ai l’air d’un pas pire nerd solitaire. Mais je n’ai jamais porté de lunettes, et j’avais des amis. J’étais aussi pas mal sportif. L’hiver, c’était le hockey. L’été, la balle rapide. Tsé, le sport qui ressemble au baseball, sauf que le lanceur lance une grosse balle « par en dessous », avec le bras qui fait un tour complet.

J’étais pas trop mal en plus. J’ai participé aux Jeux du Canada à 16 ans et j’ai été sur les équipes du Québec pendant une douzaine d’années. Mais bon, je m’écarte. Vous comprenez que j’étais un gamin plutôt normal, équilibré et sportif, qui tripait fort sur les « bonhommes ».

Les superhéros des émissions du samedi et du dimanche matin, c’était une véritable religion pour moi. L’aventure, sauver le monde et les superpouvoirs, ça m’allumait ben gros! Plus que tout, j’étais surtout curieux de savoir comment acquérir ces pouvoirs-là.

Dans les Tortues Ninjas, les X-men et Spiderman, ça semblait souvent passer par un mélange vert fluo bizarre ou par un choc électrique qui modifiait l’ADN, peu importe ce que voulait dire ces trois lettres. Si vous saviez les bouettes douteuses dans lesquelles ont trempé mes « bonhommes », sans compter le nombre de chocs électriques qu’ils ont reçus dans l’espoir de leur donner de nouveaux pouvoirs!

Malheureusement, dans la vraie vie, ça marche pas comme ça. Les mutations, ce sont plutôt les super méchants qui frappent ta famille avec des maladies comme le cancer. Contrairement aux dessins animés, les méchants gagnent parfois. Et les héros meurent.

Bref, les mutations, c’est moins cool que dans les « bonhommes ». Ça met en ! »/% »/$%. Ça peut aussi te motiver à étudier longtemps pour les vaincre. Je ne le savais pas à l’époque, mais l’ADN allait guider le scénario de ma vie.

Au fil des prochains mois, je te raconterai mon histoire d’amour-haine avec l’ADN. Ça et comment je suis tombé, par hasard et sans trop y songer, sur le travail de mes rêves.

À la prochaine!