Un composé chimique, le diméthylpolysiloxane, utilisé lors du processus de cuisson des frites de la chaîne de restauration rapide McDonald contribuerait à remédier à la calvitie. C’est ce qu’une équipe de chercheurs en ingénierie biomédicale de la Yokohama National University au Japon a publié au début de février dans la revue Biomaterials.

Le diméthylpolysiloxane est employé comme additif antimoussant pour empêcher la formation de mousse dans l’huile à friture bouillante lorsque les frites y sont immergées pour être cuites. La récente étude en question a démontré que cette molécule posséderait également des vertus efficaces contre la calvitie, plus précisément pour la greffe de cheveux.

La greffe de cheveux consiste en la régénération des follicules pileux. Il s’agit des cavités d’où origine la racine des cheveux, à la manière de bulbes de plantes en terre. La régénération des follicules en vue de leur implantation est un processus complexe et laborieux dont le taux de réussite des techniques actuelles est très variable selon chaque individu.

L’équipe de la Yokohama National University est parvenue à produire en laboratoire environ 5000 germes de follicules pileux en utilisant du diméthylpolysiloxane comme milieu de départ pour leur culture dans des plaques avec des micropuits. Une des propriétés de ce composé chimique est sa grande perméabilité à l’oxygène, qui est nécessaire au développement des follicules. Les follicules cultivés ont par la suite été transplantés sur le dos de souris nues, c’est-à-dire dépourvues de poils, afin de mimer la calvitie humaine. Des poils noirs y ont poussé abondamment en seulement quelques jours.

Les chercheurs japonais désirent poursuivre leur recherche afin d’améliorer leur technique prometteuse et la transférer chez l’humain, pour ultimement développer un produit commercialisé à cet effet. Pour remédier à la calvitie, il ne sera donc pas nécessaire de prendre un abonnement au McDonald et d’y consommer des frites en quantité industrielle !