Il y a 10 ans, le rêve d’une poignée d’idéalistes conduisait à la création d’une première revue appelée Public Library of Science: un nom inconnu du grand public, mais devenu un modèle pour l’édition scientifique en accès libre.

 

L’organisme «PLOS» s’était signalé depuis trois ans par son militantisme et par une pétition en appelant à ce que la recherche scientifique devienne accessible à tous —l’accès libre ou open science— plutôt qu’être réservée aux abonnés des grandes revues.

Mais en octobre 2003, l’organisme joignait le geste à la parole en lançant lui-même une revue en accès libre, PLOS Biology. Ses trois fondateurs, Harold Varmus, Pat Brown et Michael Eisen, écrivaient dans l’éditorial d’ouverture: «notre but est de catalyser une révolution dans l’édition scientifique en fournissant une preuve de la faisabilité d’une publication en accès libre». Dix ans plus tard, le groupe publie sept revues, évidemment toutes en accès libre.