Semaine du 5 juillet 1999

En manchette cette semaine:
Mettez un extra-terrestre dans votre ordinateur


Archives des capsules


LE KIOSQUE
Pour être branché sur la science

A lire aussi:

Capsules québécoises


Retour à la page d'accueil


La science d'ici et d'ailleurs est une production Agence Science-Presse

Retour au sommaire des capsules

Mission comète

(ASP) - Si un atterrissage sur la Lune s'appelle "alunissage" faudra-t-il parler dans le cas présent, d'un "cometissage"? L'Agence spatiale européenne a en effet officiellement dévoilé le modèle de la sonde qui pourrait devenir la première à se poser sur une comète.

Elle s'appelle Rosette, comme la pierre du même nom qui avait servi de "dictionnaire égyptien-français" aux égyptologues du siècle dernier, et elle aura rendez-vous avec la comète Wirtanen en 2012. L'Europe ne part pas tout à fait de zéro, puisque c'est aussi une de ses sondes, Giotto, qui avait croisé avec succès la comète de Halley en 1986, passant à moins de 600 km de celle-ci. En fait, avec Rosette, c'est la deuxième fois que la Nasa se fait damer le pion côté comètes, ayant raté le rendez-vous avec Halley, coupes budgétaires obligent, et n'ayant jamais poussé un projet de "comettissage" qui était pourtant depuis longtemps sur ses planches à dessin.

Se poser sur une comète ne sera pas aussi facile que de se poser sur la Lune ou sur Mars. La gravité sur ces "boules de neige sales" qui ne font, dans le meilleur des cas, que quelques kilomètres de diamètre -Wirtanen n'a que 600 mètres!- est si faible que Rosette, ou plus exactement le petit engin de 100 kg qui se détachera d'elle pour aller se poser, devra être équipé d'un harpon pour s'assurer d'être bien aggripé.

Rosette, qui doit être lancée en 2003, se sera auparavant placée en orbite autour de Wirtanen, à un kilomètre d'altitude, d'où elle récoltera des données pendant au moins un an, en particulier sur les gaz et les poussières constituant la queue de la comète. La fameuse queue se développe à mesure que la comète approche du Soleil et que celui-ci la fait fondre.

Les comètes sont sans doute les astres les plus anciens du système solaire: les étudier, c'est donc étudier nos propres origines, puisqu'on présume qu'elles sont demeurées inchangées depuis 4 milliards et demi d'années.

Retour au sommaire des capsules


Vous aimez ces capsules? L'Agence Science-Presse en produit des semblables -et des meilleures!- chaque semaine dans l'édition imprimée d'Hebdo-science et technologie. Vous voulez vous abonner à Hebdo-Science? Contactez-nous!

 

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire