Semaine du 20 juillet 98

En manchettes la semaine dernière:
Armageddon: la science passée au tordeur

A lire également cette semaine:
Oubliez El Nino, pensez global

On a décodé la syphilis

On a retrouvé la météorite du Groenland (vous saviez qu'on l'avait perdue?)

Bijoux de famille pour votre meilleur ami

Et plus encore...


Archives des manchettes


LE KIOSQUE
Pour être branché sur la science

Notre nouvelle section:

Capsules québécoises


Qui sommes-nous?


Retour à la page d'accueil


En manchettes sur le Net est une production Agence Science-Presse

 

Le jour de paye des biotechnologies


Les biotechnologies ont une chose en commun avec Internet: les prévisions de revenus se révèlent toujours trop optimistes...

 

"Le jour de paye des biotechnologies" approche, titrait récemment le Washington Post. Air connu, répliqueront les présidents de ces petites compagnies de "biotech" qui ont poussé comme des champignons -des champignons transgéniques- depuis près de 10 ans. Air connu, parce qu'il y a près de 10 ans qu'on leur annonce que les profits, c'est pour bientôt. Les internautes seront en terrain familier...

C'est que tout cela est très aléatoire. On peut être sur la piste d'une révolution pharmaceutique ou médicale, d'une innovation majeure en agriculture ou en foresterie. Mais le problème, c'est que l'histoire des sciences est remplie d'innovations qui ont mis des décennies avant d'aboutir. Les investisseurs de risque ont donc largement le temps de voir les actions monter en flèche lorsque des résultats préliminaires sont publiés... et de perdre leur chemise pendant les années d'insuccès qui suivent.

Genentech, MedImmune, Amgen, GNE, Arris Pharmaceutical, Sequana Therapeutics... Ce sont là quelques-unes des firmes qui ont donné des ulcères aux financiers au cours des années 90, passant du découragement le plus profond à l'optimisme le plus irrationnel. Dans un dossier spécial en mars, la revue The Scientist parlait de cet optimisme débridé, généré en partie par le public et ses attentes -mais des attentes qui ne naissent pas dans le vide, et que les présidents de ces firmes ne manquent pas de stimuler, conscients que cela fera grimper leurs actions...

Découragements, excitations, et aussi fusions et acquisitions, transformant ce secteur en unvéritable labyrinthe où une chatte ne retrouverait pas ses petits, où morts et renaissances se succèdent, dans un tourbillon qui, pourtant, n'entraîne pas plus d'argent vers lui...

Mais ces années de vaches maigres sont terminées, assure au Washington Post la firme de consultants Ernst & Young. Une poignée de compagnies sont finalement devenues rentables et toute l'industrie, déclarent les analystes, devrait quitter le rouge au tournant du prochain siècle.

A preuve, les ventes et l'emploi grimpent de 20% par année, la gestion est devenue moins "universitaire" et plus "économiste", ce qui ne peut être qu'un gage de réussite...

Là encore, les internautes auront l'impression d'entendre un air familier...

 


 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire