Publicité
lesdebrouillards_1.jpg

Les débrouillards

Autre action

Actualité

La montée du créationnisme: c'est la faute aux scientifiques!

Pascal Lapointe, le 19 février 2008, 1h00

(Agence Science-Presse) BOSTONPour ceux qui croient que science et religion ne peuvent pas se rencontrer, Guy Consolmagno est la preuve du contraire. Il porte une bague du Massachusetts Institute of Technology... et un col romain. « C’est la preuve, dit-il avec un sourire amusé, qu’il est possible d’être un fanatique religieux, et un nerd. »

La montée du créationnisme: c'est la faute aux scientifiques!
Cliquer sur la photo pour agrandir
La montée du créationnisme: c'est la faute aux scientifiques!

A consulter:

Center for Science Education, Université du Kansas

A ne pas confondre avec le National Center for Science Education, organisme voué à la défense de l’évolution

Flock of Dodos

Guy Consolmagno, sur Wikipedia

Le nouveau document de la National Academy of Sciences sur Science, Evolution and creationism

Le dossier Du créationnisme au design intelligent

Et sur le même sujet: Pourquoi les créationnistes gagnent à tous les coups

Qu’est-ce qui ne va pas aux États-Unis, demandent fréquemment des lecteurs et des internautes interloqués qu’au sein de la première puissance scientifique mondiale, 40% des gens ne croient pas en l’évolution? Ignorance? Et si les scientifiques étaient eux-mêmes une partie du problème?

C’est la direction que voulait donner dimanche l’Association américaine pour l’avancement des sciences, en choisissant, pour sa table-ronde Communiquer la science dans une Amérique religieuse, six intervenants ayant en commun de juger que les scientifiques s’y prennent vraiment, vraiment, vraiment mal.

« L’actuelle hystérie dans le débat entre science et religion ne sera pas réglée en traitant les croyants comme des idiots », déclare Barbara J. King, anthropologue biologiste au Collège William & Mary, en Virginie. C’est bien beau de prétendre qu’on respecte les croyances, encore faut-il être conséquent : « ce n’est pas stratégique de suggérer aux gens que Dieu n’existe pas, dans un pays où 90% y croient fermement ».

Mésadaptés de la communication

« Nous sommes nombreux à croire que si nous trouvons le bon argument, ou le parfait exemple, ou la parfaite métaphore, alors tout le monde va comprendre de quoi nous parlons », poursuit Steven Case, du Center for Science Education à l’Université du Kansas. « C’est le vieux truc que j’ai utilisé encore et encore et encore. » Or, il faut se rendre à l’évidence : « ça ne fonctionne pas. »

C’est également l’argumentaire développé dans le documentaire Flock of Dodos (2006) : le réalisateur Randy Olson y compare avec humour le dodo, un oiseau disparu parce qu’incapable de s’adapter à son nouvel environnement, aux biologistes, qui semblent tout aussi incapables de s’adapter à notre univers de relations publiques.

C’est dans cet esprit que Matthew Nisbet, de l’École des communications à l’American University de New York, a co-publié l’an dernier dans Science un article développant une théorie qu’il appelle « Framing Science ». Le terme « théorie » a été critiqué, puisqu’il s’agit davantage d’une réflexion qui dit ceci : un scientifique devrait fournir un encadrement (frame) différent à son discours, tout dépendant du public auquel il s’adresse (ça vaut pour tous les discours scientifiques, pas juste ceux qui indisposent la religion, précisait-il en janvier dans The Scientist). La suggestion a engendré un débat parfois virulent dans la blogosphère —et est montée jusqu’à l’AAAS, qui a confié à Nisbet l’organisation de cet atelier. Virulent, parce que certains y voient compromission et à-plat-ventrisme face aux créationnistes.

Ces opposants ne sont pas juste des blogueurs : ces dernières années, d’éminents chercheurs comme Richard Dawkins (The God Delusion, 2006) et Daniel C. Dennett (Breaking the Spell, 2006), avaient fermement pris position : pour eux, la religion mine la science et aucun compromis n’est acceptable.

La science perd pied

Or, du point de vue de Nisbet et du frère Guy Consolmagno, on n’a pas le choix d’utiliser l'approche conciliante, de préférence à l’attaque frontale, parce que le créationnisme, sous son étiquette moderne de design intelligent, avance sur tous les fronts : aux États-Unis, la stratégie de relations publiques de leur navire-amiral, le Discovery Institute, est 100 fois mieux réussie que celle des scientifiques.

Par exemple, pour « vendre » l’idée que le créationnisme doive être enseigné à l’école, aux côtés de l’évolution, ils ont trouvé « le » slogan efficace : « Enseignez la controverse » (Teach the controversy). Les scientifiques n’ont rien d’équivalent : Flock of Dodos contient des passages à ce sujet qui font bien rire les auditoires, parce qu’ils montrent à quel point les scientifiques peuvent être d’une rare incompétence quand il s’agit de vulgariser.

Steven Case va plus loin encore : notre approche « a eu pour effet d’éloigner des gens » de la science. Des chiffres suggéreraient que le pourcentage d’Américains qui rejettent l’évolution n’aurait pas seulement stagné depuis dix ans —il aurait augmenté! « Si c’est vrai, c’est un échec de la communication scientifique encore plus grand qu’on ne l’imagine. »

Le statut « hybride » du frère Guy Consolmagno offre-t-il un élément de solution? Cet astronome jésuite, attaché à l’Observatoire du Vatican (en Arizona) et conservateur de la collection de météorites de Castel Gandolfo —« mon bureau est au-dessus de la chambre à coucher du Pape! »— a été invité il y a quelques années, par la Caroline du Sud, à faire partie d’un comité oecuménique visant à « vendre » au conseil scolaire local —dominé par les conservateurs— un nouveau curriculum accordant une plus grande place à la science.

Alors qu’il s’attendait à une bataille serrée, voire à se faire traiter d’hérétique, lui et ses collègues des autres confessions ont été accueillis à bras ouverts, et le nouveau programme scolaire est passé comme dans du beurre. « Nous parlions leur langage. Le facteur « peur » était absent. Ils ne craignaient pas que nous arrivions devant eux avec un ordre du jour caché. »

« Nous n’aimons pas avoir l'impression d'être évangélisés, ajoute Steven Case. Eh bien eux non plus. »

15 commentaires

Portrait de emy

Au final, les croyants critiquent le fait que les scientifiques n'ont pas de preuve de ce qu'ils avancent quant à la théorie de l'évolution, vu qu'ils n'étaient pas présent, mais les croyants ne sont - ils pas dans le même cas? Personne n'a assisté à la création, il s'agit tout bonnement de spéculations afin d'expliquer ce qui est inexplicable.
Dans le temps, les croyants étaient persuadés que la terre était le centre de l'univers, et cela a déjà été rejeté bien des fois. Il en va de même pour toute une série de fausses croyances donc qui ne vous dit pas que vous êtes toujours à croire des choses qui finiront par être infirmées?

la science prend son temps mais finit toujours par gagner! il suffit de voir le chemin qu'elle a parcouru par rapport à la religion ;)

Portrait de Gui

Je suis surpris de la foi que vous qui dites ne pas croire en Dieu vous avez pour croire que toute la perfection que nous avons dans la nature es le fruit du hasard.

Vous ne croyez pas en Dieu? ne vous inquiétez pas vous allez lui voir bientôt.

Si vous n'est pas prêts ça sera la grande surprisse.

Soyez bénis, ce ne pas très complique de croire et de connaitre Le Tout Puissant.

Portrait de Olivier

Le fait même qu'un "comité oecuménique" "vise à vendre" quoi que ce soit à un "conseil scolaire local" est inadmissible. C'est de la théocratie. Les religieux n'ont à s'occuper de rien d'autre que de religion, ils n'ont pas à s'exprimer sur l'éducation.

Laïcité ? C'est la seule solution sinon les religieux dérivent vers l'étouffement de tout discours non conformes avec leurs dogmes.

Portrait de Michel

Si tant de gens, dont des scientifiques, sont partisans du créationnisme, ou de "dessein intelligent", (tous deux déterministes et finalistes), ce qui revient au même, c'est évidemment parce qu'ils ont reçu une éducation religieuse, et vécu dans un milieu culturel excluant toute alternative laïque, donc non aliénante.

Ils ignorent les observations des sociologues et des psychologues qui ont démontré, statistiques à l'appui, qu'en l'absence d'une telle éducation religieuse et d'un milieu croyant unilatéral, la foi n'apparaît pas spontanément.
Il est vrai qu'outre atlantique, les parents agnostiques, incroyants ou athées, qui le confirment tous, sont rares ...
Ils ignorent tout autant les observations des neuro-physiologistes qui confirment, IRM fonctionnelle à l'appui, que l'imprégnation religieuse précoce, forcément affective, laisse des traces indélébiles dans le cerveau émotionnel, qui perturbent presque toujours le cerveau rationnel, et donc l'esprit critique ultérieur, indépendamment de l'intelligence et du niveau intellectuel.

Enfin, puisque nous commençons et finissons, ils pensent, par anthropocentrisme, que l'univers a été créé (par "Dieu")lors du "big bang" et qu'il s'agit donc de l'instant initial (se demandent-ils qui a créé ce dieu ...?).Mais c'est en contradiction avec le fait qu'il existait déjà de la matière (des isotopes d'hydrogène, d'hélium et de lithium), et le l'énergie, sous forme de micro-ondes. Par ailleurs, l'accélération de l'expansion de l'univers suggère qu'il y a une infinité d'univers et de big bang non observables...
L'univers semble donc être infini et éternel, donc incréé...

Tout cela est évidemment très déroutant pour des scientifiques qui n'ont aucune idée des alternatives laïques (qui prônent pourtant le libre choix de croire ou de ne pas croire).En effet, les religions et les sectes occultent soigneusement les principes, les valeurs humanistes, les fondements et les objectifs de l'humanisme laïque, apparemment ignorés aux USA, au Canada et au Québec...
Michel Thys, Waterloo, Belgique

Portrait de quentin

Si le design intelligent n'est pas acceptable, ce n'est pas parce qu'il s'inspire de la religion (ça c'est la raison pour laquelle il nous fait peur), mais parce qu'il n'utilise pas de méthode rigoureuse qui consiste à confronter la théorie au réel.
Donc "enseignez la controverse", oui, mais à condition d'être exigent !

Portrait de Fredgyver

Parce que les darwinistes confrontent leur théorie de l'évolution aux réel ???
C'est nouveau ...?
Dans tous les domaines de la science, chaque nouvelle découverte prouve que la complexité, l'ordre, l'information, sont bien au delà des possibilités des mécanismes de l'évolution :

- comment un système aussi complexe que le génome (qui nécessite au minimum un "lexique" et une "grammaire") a pu apparaître spontanément, bien avant que la sélection naturelle puisse avoir un quelconque effet, puisque les mécanismes de division cellulaire sont eux-mêmes codés dans l'ADN ?

- comment les informations de ces premiers gènes auraient-elles pu être d'une quelconque utilité sans les méta-informations contenues dans les 97% restant de l'ADN, reconnues aujourd'hui comme indispensable !?

- comment, à partir de zéro, a pu apparaître la première cellule vivante, avec ses portes d'entrée-sortie (pores) qui ne laissent passer que les molécules autorisées, en reconnaissant leur structure tridimensionnelle et électrochimique ?

- L'organisme vivant le plus simple connu est Mycoplasma Genitalium. Il a permis très récemment de définir la taille du génome MINIMAL à 387 gènes codant pour les protéines et 43 pour l'ARN, soit une quantité d'information considérable, bien plus grande qu'on ne le pensait jusqu'à lors. Comment donc cette être vivant primordial a pu apparaître spontanément, encore une fois bien avant que la sélection naturelle ne puisse agir ?

- comment les nanomachines et nanomoteurs qui peuplent nos cellules, et sont indispensables à sa survie, ont pu apparaîtrent, trouver leur utilité dans l'espace intracellulaire et s'insérer intelligemment dans ce ballet incessant ?

- comment des mutations aveugles, qui sont à l'origine de si nombreuses maladies génétiques connues et de pas une seule amélioration réellement observée (une amélioration en terme de génétique consiste en une augmentation de l'information disponible, ou autrement dit, en une augmentation de la complexité), peuvent elles produire de nouvelles fonctions ou de nouveaux organes ? (L'argument classique de la réplication de gènes, suivie de mutations, pour expliquer la diversité génétique, ne peut en aucun cas expliquer l'ORIGINE de cette information !)

Confrontez donc ces faits, observés et donc réels, à votre théorie et vous serez obligés, si vous êtes honnête, d'admettre que chacun de ces fait la réfute à lui seul !

Ces mêmes faits amènent LOGIQUEMENT à la conclusion qu'ils sont l'oeuvre d'un Créateur, et il n'y a là aucune religion, la logique étant un fondement de la science !

Portrait de Fredgyver

Non, je prend le problème comme il se doit, càd en partant des faits réels et en les analysant pour établir une théorie, ensuite je considère les nouvelles découvertes et je vois si elles corroborent ou réfutent ma théorie. C'est la méthode qu'enseignent les philosophes de la science, comme Karl Popper.

Les évolutionnistes au contraire essayent désespérément et par tous les moyens de prouver que Dieu n'existe pas en faisant rentrer de force les faits dans leur théorie matérialiste et en traitant de religieux ceux qui reconnaissent humblement l'évidence, à savoir que la vie ne peut être que l'oeuvre d'un Créateur divin.

Vous vous permettez de me reprendre sur mon raisonnement alors que le seul argument que vous avancez est un syllogisme ! En effet l'affirmation :
"premières molécules organiques = 'ancêtres' de la cellule"
n'est pas basée sur l'observation, mais est le fruit de l'imagination des évolutionnistes, dans le seul but de justifier A POSTERIORI la théorie de l'évolution et vous vous en servez comme si c'était une preuve absolue. C'est de la logique circulaire, vous ne prouvez rien et surtout, vous n'apportez aucun argument valide qui réfute la théorie créationniste.
Et pour info, toutes les expériences sur l'abiogenèse, à commencer par celle de Miller-Urey, montrent que les obstacles sont insurmontables pour le seul mécanisme disponible alors, le hasard.

Et pour ce qui est du génome, même dans sa forme la plus simple (Mycoplasma Genitalium), il s'agit d'une structure incroyablement complexe avec un code parfaitement défini (qui n'a pas changé depuis !) de plusieurs milliers de lettres ... Avant cela, pas de code, donc pas de reproduction, donc pas de sélection naturelle, donc seul mécanisme disponible : le pur hasard !!!!
L'Evolution doit donc admettre que le premier génome est apparu SPONTANEMENT, càd "Sans intervention extérieure provoquant la chose." (Le Robert)
Croire en l'impossible et en l'invisible, ça s'appelle la foi !

Cordialement

Portrait de Fredgyver

Facile de critiquer des arguments une fois qu'on les a complètement déformés !

L'apparition spontanée du génome n'est pas un FAIT réel, càd un fait à-partir duquel on construit une théorie, mais une CONCLUSION logique (et la seule conclusion possible pour un scientifique HONNÊTE), fondée sur l'observation. Mais vous n'aviez, de toute évidence, pas pris la peine d'essayer de comprendre mon argumentation.

La première cellule est supposée être apparue de façon graduelle par les évolutionnistes, mais là encore, il ne s'agit que de spéculations, non pas fondées sur l'observation, mais réalisées A POSTERIORI et avec lesquelles on essaye de justifier une théorie moribonde coûte que coûte !

Je n'ai jamais écrit que Mycoplasma Genitalium était l'être vivant primordial, mais qu'il est la forme la plus "simple" connue d'un organisme vivant : 482 gènes contenant 580.000 bases, une quantité d'information tellement considérable qu'il est impossible d'invoquer le pur hasard pour sa réalisation !
Si vous persistez à croire que l'Evolution a pu produire la vie à-partir de la non vie grâce au pur hasard, libre à vous, mais ne prétendez pas que c'est de la science, c'est de la religion et la pire qui soit, car elle est vide de toute espérance ...

J'ai écrit que les évolutionnistes essayent de PROUVER que Dieu n'existe pas. En effet, au temps de Darwin, c'était en réaction à la main mise de l'église catholique sur la science, que les scientifiques d'alors rejetèrent le bébé avec l'eau du bain, càd Dieu avec la Bible et le récit de la Création.
Darwin, en reprenant les travaux d'autres avant lui, a "démocratisé" la notion de Sélection Naturelle, après avoir observé que toutes les espèces vivantes changent, s'adaptent, à leur environnement.
Les créationnistes actuels reconnaissent également le principe de Sélection Naturelle.
Darwin s'est juste trompé sur le sens du changement, en postulant que les organismes vont du simple vers le complexe, alors que toutes les découvertes et les observations qui se sont accumulées depuis Darwin, démontrent que la Sélection Naturelle ne sait que SUPPRIMER de l'information, poussant les espèces vers une toujours plus grande spécialisation, et donc du complexe vers le moins complexe.
Toutes les tentatives pour prouver le contraire (duplication de gènes par exemple) sont des hypothèses et restent à ce jour des hypothèses, que les calculs statistiques se chargent de renvoyer à leur expéditeur !

Et pour en revenir à l'article, ce n'est pas parce qu'un prêtre catholique est prêt à toutes les compromissions (il n'est pas le premier !) que la théorie de l'évolution en est justifiée ... et quant à l'interrogation soulevée dans cet article sur l'insuccès des thèses évolutionnistes auprès du public pour cause de mauvaise communication, je propose comme autre explication que le public est juste plus intelligent que les évolutionnistes ne le croient, préférant une théorie (la Création) fondée sur des faits, sur l'observation, sur la logique et le bon sens, plutôt qu'une théorie (l'Evolution) fondée sur des hypothèses invérifiables et impossibles à réfuter (donc non scientifiques).
Croire en un Dieu créateur, un Dieu d'amour, n'est pas un manque de courage mais une preuve d'INTELLIGENCE !

Cordialement

Portrait de Fredgyver

Cet article postule que les évolutionnistes ont un problème de communication ... devant la maigreur et la misère intellectuelle de vos réponses, on en est vite convaincu !
Et si le public se détourne de votre théorie, ce n'est certainement pas à cause de la communication, mais bien plutôt parce qu'il la regarde comme une "croyance dogmatique", comme vous dites !!!

"Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu."
2 lettre de Paul aux Corinthiens, chapitre 4, verset 4.

A bon entendeur ...

Portrait de Gilles Baillargeon

L'être humain et son manque de courage. De tout temps l'homme a préféré s'en remettre à une force supérieur pour réparer ses erreurs, son gâchis. Plus nous serons victimes des changements climatiques, plus il s'en trouvera pour penser qu'il s'agit de la colère de "Dieu" et le prier de nous épargner.