Autre action

Actualité

Les maquillés de la préhistoire

Agence Science-Presse, le 2 avril 2008, 9h00

(Agence Science-Presse) Les Néandertaliens se maquillaient. Et s’ils se maquillaient, ils parlaient. La quête d’éventuels gènes du langage, les recherches sur la forme de la gorge des hommes préhistoriques, les opinions des linguistes? Tout cela est surfait. L’archéologue Francesco d’Errico, de l’Université de Bordeaux, croit que la réponse se trouve plutôt dans les pigments que les Néandertaliens ont laissé traîner, à travers l’Europe.

Les maquillés de la préhistoire
Cliquer sur la photo pour agrandir
Les maquillés de la préhistoire

Et ils en ont laissé beaucoup: des centaines de fragments de manganèse noir, dans deux sites voisins de Pech de l’Azé, en France, à une époque où ils étaient occupés par des Néandertaliens. Le New Scientist rapporte que 39 autres sites ont déjà révélé la présence de tels pigments.

Ces pigments prennent la forme de crayons de couleur, et rien ne permet d’affirmer qu’ils n’ont pas été utilisés aussi pour dessiner dans des grottes. Ce sont d’Errico et sa collègue Marie Soressi, de l’Institut Max-Planck d’anthropologie de l’évolution à Leipzig, en Allemagne, qui voient dans leur forme plate et allongée un usage « corporel » : peut-être pour du camouflage —s’assombrir la peau pour passer inaperçu— mais plus sûrement pour des dessins, vu la forme allongée du « crayon ».

Dans la mesure où l’art corporel est une forme de communication, il en ressort que les Néandertaliens, nos lointains cousins, parlaient. C.Q.F.D.

C’est un peu court comme raisonnement, n’empêche que bien avant les pigments, d’autres chercheurs ont découvert des colliers de coquillages sur des sites habités par des humains du Néandertal —et les bijoux constituent aussi une forme de langage. Quel était ce niveau de langage, c’est là une autre question, à laquelle aucun pigment ne peut répondre...