Autre action

Actualité

Cellulaires: les pro-cancer en eaux troubles

Agence Science-Presse, le 22 septembre 2008, 11h00

(Agence Science-Presse) Le téléphone cellulaire cause-t-il le cancer? Ceux qui affirment que oui n’ont pas beaucoup d’arguments solides à offrir, en dépit de recherches intensives menées depuis deux décennies. Et deux études qui leur étaient favorables font à présent face à des accusations de fraude.

Cellulaires: les pro-cancer en eaux troubles
Cliquer sur la photo pour agrandir
Cellulaires: les pro-cancer en eaux troubles

A lire:

Sur la difficulté à trancher cette question et surtout à faire le tri entre les études contradictoires : Do Cell Phones Cause Brain Tumors par Steven Novella

En français, sur le site de Une pilule une petite granule

L’auteur principal de ces deux études, Hugo Rüdiger, de l’Université médicale de Vienne, a accepté de retirer son étude de 2008, et une enquête sur celle de 2005 est en cours.

Ces deux études étaient les seules qui, parues dans des revues dotées d’un comité de révision par les pairs, concluaient que les ondes électromagnétiques des téléphones cellulaires peuvent entraîner le cancer.

La première critique était venue du biologiste Alexander Lerchl, de l’Université Jacobs, en Allemagne. Pointant du doigt des anomalies statistiques dans l’étude de 2005, il avait contacté la revue où cette étude était parue, Mutation Research. Laquelle revue, en novembre 2007, avait rejeté ses allégations, affirmant qu’il aurait été impossible de maquiller les données en question pour les faire arriver au résultat souhaité.

Début 2008 toutefois, le comité d’éthique de l’Université médicale de Vienne en arrivait à la conclusion inverse : « les données n’ont pas été mesurées expérimentalement, mais fabriquées ». Hugo Rüdiger a accepté de retirer les deux articles puis s’est rétracté, lorsqu’il a appris que le président du comité d’éthique, un juriste, avait dans le passé travaillé pour une compagnie de télécommunications. L’Université a donc réuni, en juin 2008, un second comité d’éthique. Après l’avoir rencontré, le Dr Rüdiger a accepté de retirer l’article de 2008, à condition que le comité accepte de considérer que, pour l’autre article, « l’affaire est close ».

Mais la revue Mutation Research mène une enquête à ce sujet, révélait récemment la revue Science (réservé aux abonnés). Et entretemps, le directeur du département où travaillait Rüdiger (il a pris sa retraite en octobre 2007) a identifié dans les carnets du laboratoire de 2005 à 2008 des entrées de données suspectes, attribuées à une technicienne, qui a démissionné depuis.

L’histoire serait banale si elle ne concernait pas un sujet aussi controversé : l’association entre cancer et téléphone cellulaire est née d’une légende urbaine. Même ceux qui sont convaincus que les ondes électromagnétiques, à d'aussi faibles doses, peuvent endommager l'ADN penchent plutôt vers l’existence d’un lien plus subtil : dans l’activation ou l’expression des gènes peut-être, et encore, ce n’est pas sûr.

7 commentaires

Portrait de Biff

L'un des membres fondateurs du BioInitiative Group est en plein conflit d'intérêt. Cindy Sage signe sept chapîtres du rapport et sa firme, Sage and Associates, gagne son pain et son beurre à effectuer des mesures de champs électriques et magnétiques (contre rémunération bien entendu) et à vendre des correctifs pour réduire les champs. Alimenter la controverse et faire monter la panique d'un cran ou deux constituent son fonds de commerce. Une vraie ghostbuster. Madame Sage n'a pas de formation scientifique. Faut toutefois admettre qu'elle est forte en marketing. Donnez-vous une bonne frousse en lisant le rapport BioInitiative, consultez le site de Cindy et dépensez vos dollars pour enrichir en service de consultation son compte en banque : http://www.sageassociates.net/

Portrait de Véronique

Je pense que le lobby des téléphones cellulaires a plus à gagner en déclarant que les études prouvant le lien entre le téléphone cellulaire et le cancer ont été falsifiées. Quand à la vagues de démissions et les chercheurs qui admettent avoir faussé les données, ça ressemble à des gens qui ont subi des menaces ou des pots de vin.

Portrait de Visiteur

Allez dire ça à la quinzaine de scientifiques indépendants du Bioinitiative Working Group qui ont épluché plus 2000 études médicales.

Et vous vous appelé "Agence Science Presse" ! Je crois halluciner !

Portrait de PHOTON

Cette affaire de fraude scientifique a fait grand bruit en Allemagne mais n'a pas été reprise en France sauf une brève sur le site de Courrier International. Elle a été révélée par le magazine Der Spiegel semaine 22 parution 27 mai 2008 page 149 ;
http://www.spiegel.de/spiegel/0,1518,555365,00.html
La traduction en francais est lisible sur le forum Usenet fr réseaux téléphones mobiles message du 11 juin 2008 : "GSM et ADN : études falsifiées"
extrait Courrier International :
Une étude falsifiée sur la nocivité des téléphones portables.
En 2005 et 2008, des chercheurs de l'université de Vienne avaient fait sensation en révélant que les champs électromagnétiques générés par les antennes de téléphones portables pouvaient causer des ruptures dans les
brins d'ADN des cellules (...) Les pourfendeurs des antennes relais de téléphone portables s'étaient empressés d'exploiter ces études. Seul problème : Les résultats utilisés par les chercheurs étaients faux. Une technicienne de laboratoire les avait falsifiés, rapporte le magazine Der Spiegel. Le coup est dur pour Franz Adlkofer, l'un des superviseurs des recherches(...)ce professeur munichois coordonnait également l'étude européenne REFLEX, qui avait également conclu, en 2003, à la nocivité des téléphones portables. (...)
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=86004

Portrait de Pierre

Qui a à gagner $$$$$ en faussant les données ?