Mauvaise nouvelle pour qui veut devenir Einstein grâce aux jeux d’entraînement cérébral : ils n’améliorent pas les capacités de votre matière grise.

Une étude menée par Adrian Owen du Conseil de recherche scientifique américain, associé au laboratoire en ligne de la BBC et parue dans Nature , attaque dès ses premières lignes les jeux vidéo : « la croyance largement répandue que des programmes informatisés d’entrainement cérébral disponible dans le commerce, améliorent les fonctions cognitives d’une large population, manque, à notre avis, d’un support expérimental »

Les auteurs ont donc décidé de faire eux-mêmes cette expérience. Plus de 11 000 volontaires ont participé, pendant six semaines, aux tests proposés par le site. Le résultat est sans appel : aucun effet significatif, ni sur le raisonnement, ni sur la mémoire. Un coup dur pour Nintendo, le premier distributeur de ce type de jeu ?

Pas vraiment, parce que malgré la croyance populaire dont parlent les scientifiques, les jeux d’entraînements cérébraux n’ont pas de telles prétentions. Qu’il s’agisse de Cérébral Académie ou du célèbre jeu Dr Kawashima, du neuroscientifique japonais Ryuta Kawashima, l’argument de Nintendo est le même : stimulation et remise en forme du cerveau, et non amélioration.

De plus, dans les différentes publicités de ces jeux, la cible semble claire : les plus de 50 ans. En effet, de nombreuses études, que l’équipe d’Adrien Owen ne dément pas, montrent que l’entraînement quotidien du cerveau prévient la sénilité et la démence.

Mais dans tous les cas, apport ou bienfait, ça reste du divertissement...