Qui parle au nom des arbres pendant une campagne électorale? Au Canada, leur gestion n’est pas une responsabilité fédérale et pourtant, l’avenir des forêts repose en bonne partie sur des décisions qui seront prises par le futur gouvernement. C’est ce que nous explorons dans l’émission de cette semaine.

C’est que commerce et enjeux internationaux dépendent du fédéral, rappelle Luc Bouthillier, ingénieur, économiste forestier et politologue à l’Université Laval. De plus, le gouvernement fédéral a un immense pouvoir de dépenser. À l’heure où l’avenir du secteur des pâtes et papiers n’est pas brillant, ça compte.

Étonnamment, la gouvernance des ressources forestières n’a pas beaucoup évolué depuis un siècle, selon Alain Fréchette, doctorant en sciences de l’environnement à l’UQAM, dont la thèse porte précisément là-dessus. À tous les deux, Isabelle Burgun demande comment il est possible de concilier le développement de l’industrie forestière et le respect des engagements environnementaux du gouvernement. Et comment peut-on aider les communautés qui sont les premières touchées par les difficultés de l’industrie.

Dans les actualités : réussir à faire répondre les partis politiques à des questions sur la science n’est pas facile, mais ici et là, des groupes y sont arrivés... sur l’environnement. Des groupes écologistes canadiens dévoilaient hier les résultats d’un questionnaire envoyé aux partis, tandis qu’à Ottawa, un débat entre les candidats locaux doit avoir lieu mercredi, sur l’environnement. Et pendant ce temps à Washington, 10 000 jeunes se rassemblaient pour trois jours de congrès et de manifestations sur les changements climatiques!

En musique : Aux arbres citoyens! de Yanick Noah.

+++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal). Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions de cette saison. Pour les archives des deux saisons précédentes, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et nous télécharger sur iTunes.