Il y a seulement 4 mois, avec la tragédie de Lac-Mégantic, le Québec découvrait avec surprise que des trains passaient sur son territoire, chargés de pétrole venu de l’Alberta ou du Dakota du Nord. Aujourd’hui, alors que des élections municipales se déroulent un peu partout, le sujet est complètement absent des débats.

Ce n’est pas seulement le pétrole: le transport par train des matières dangereuses ne semble pas avoir été un enjeu, ni à Montréal ni ailleurs dans le sud du Québec, à en juger par la couverture médiatique.

Encore tout récemment, le 19 octobre, on apprenait qu’un train du CN transportant du propane avait déraillé près d’Edmonton. Au Canada, c’était le 3e déraillement d’un train du CN en moins d’un mois.

Par ailleurs, le 17 octobre, le gouvernement fédéral a annoncé de nouvelles mesures pour encadrer le transport du pétrole par train. Une façon de reconnaître, peut-être, qu’il y avait eu du laxisme —mais nos trois invités cette semaine ne semblent pas trop y croire.

Jean-Paul Lacoursière par exemple, expert en gestion de risques, professeur à l’Université de Sherbrooke, était de ceux pour qui un accident comme celui de Lac-Mégantic devait tôt ou tard se produire, quelque part en Amérique du nord. Il est plutôt déçu, mais pas surpris, de voir à quel point le sujet a été si vite écarté des élections municipales.

Encore la semaine dernière, une étude du Centre canadien des politiques alternatives soulignait entre autres choses qu’à Transports Canada, il n’y aurait que 35 inspecteurs, soit l’équivalent d’un inspecteur par 4000 wagons-citernes. D’autres tragédies inévitables à venir?

Nos invités :

+++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio Ville-Marie. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes. Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter.