Si un train chargé de 100 wagons de pétrole explosait en ville... ça représenterait une énergie équivalant à 5 fois la bombe d'Hiroshima.

Image percutante... Elle provient d’un billet de blogue publié le 12 mai par le journaliste Philippe Gauthier. De son propre aveu, elle a pour but de frapper l’imagination —l’énergie, dans les deux cas, ne se dissiperait pas de la même façon, comme il nous l’explique cette semaine. Mais cette image a pour but de ramener à l’ordre du jour un fait bien réel : depuis Lac-Mégantic, beaucoup de trains chargés de pétrole continuent de traverser des villes du Québec.

Or, à l’heure où des pipelines se pointent aussi à l’horizon, quel pouvoir a une ville pour renforcer sa sécurité, que ce soit celle de sa population ou celle de ses sources d’eau potable? Pour certains, elles n’ont aucun pouvoir : les villes seraient les «créatures» du gouvernement provincial.

Notre deuxième invité, Richard Langelier, va dans le sens contraire: dans un ouvrage collectif qui vient de paraître, Sortir le Québec du pétrole, il raconte l'historique d'un règlement auquel il a contribué et qui a déjà été adopté par plus de 125 villes représentant 300 000 habitants.

Ce règlement municipal, dit de Saint-Bonaventure, vise à encadrer la protection des sources d’eau potable. Saint-Bonaventure est une municipalité rurale près de Drummondville, et l’idée est née en 2011, alors qu’on commençait à entendre parler des forages pour le gaz de schiste.

Sur quoi s’appuie-t-il pour dire que les villes sont en terrain solide? À quoi doit-on s’attendre de cette campagne cet été ? Où s’inscrit dans cette démarche la décision de la Cour supérieure qui a permis la reprise des forages à un jet de pierre de Gaspé? Et le village de Restigouche, poursuivi par une compagnie pétrolière pour avoir adopté un semblable règlement? Et les trains, dans tout cela?

Nos invités

Écoutez l'émission en cliquant sur le lien audio ci-contre, à gauche.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.