Autre action

Actualité

Un degré Celsius de trop

Agence Science-Presse, le 23 novembre 2015, 13h31

(Agence Science-Presse) C’est (presque) confirmé : la Terre aurait dépassé le seuil du premier degré Celsius d’augmentation depuis le XIXe siècle. Soit la moitié du chemin vers ces fameux deux degrés que tous les climatologues recommandent de ne pas dépasser.

© Wuka | Dreamstime.com
Cliquer sur la photo pour agrandir
© Wuka | Dreamstime.com

L’estimation provient du Bureau météorologique britannique (MET) : de janvier à septembre 2015, la température moyenne de la planète a atteint, pour la première fois, exactement un degré de plus que la moyenne d’avant la révolution industrielle. En 2014, la Terre était à «seulement» 0,9 degré de plus.

En juillet dernier, des journalistes du New Scientist qui avaient épluché les cinq bases de données des températures mondiales avaient conclu que la barre du premier degré avait d’ores et déjà été franchie.

L’époque d’avant la révolution industrielle —en gros, toute l’histoire de notre civilisation avant le XIXe siècle— constitue le «marqueur» utilisé depuis des décennies par ceux qui tentent de prédire de combien de degrés s’élèvera la température moyenne d’ici 2100. La révolution industrielle se caractérise, comme son nom l’indique, par l’invention de la production à grande échelle, grâce à l’exploitation accrue du charbon et, surtout, à la révolution du pétrole.

Et les recommandations des climatologues restent les mêmes : plus de deux degrés risquent d’entraîner des perturbations climatiques, imprévisibles dans certaines régions et catastrophiques ailleurs —inondations, sécheresses, ouragans et autres joyeusetés météorologiques, en plus d’une réduction des surfaces agricoles et des lacs et rivières.

Si l’influence humaine est indéniable —on ne retrouve pas de période historique où une hausse d’un degré ait été aussi rapide— la nature donne tout de même un petit coup de pouce cette année pour franchir le seuil du premier degré: le phénomène El Nino —un réchauffement des eaux du Pacifique— grossit depuis cet été et devrait atteindre un sommet d’une semaine à l’autre.

Toute la question est donc de savoir combien de temps il faudra pour atteindre le deuxième degré En théorie, si les gaz à effet de serre devaient être coupés de 60% maintenant, la Terre gagnerait tout de même 0,6 degré de plus. Si les promesses déposées par les pays du monde en vue de la Conférence de Paris devaient être scrupuleusement respectées, la Terre atteindrait le deuxième degré dans les années 2030... et la suite dépendrait des promesses de ces mêmes gouvernements pour l’après-2030.

1 commentaire

Portrait de bud

"Si les promesses déposées par les pays du monde en vue de la Conférence de Paris devaient être scrupuleusement respectées, la Terre atteindrait le deuxième degré dans les années 2030".

Je ne me rappelle pas avoir déjà lu ça. Cela signifie qu'on aura gagner, en moyenne, 1 degré en 200 ans et le 2ème degré en 15 ans seulement ?! Alors là, ça donne le vertige...