Autre action

Actualité

L’événement le plus «hot» de 2015

Agence Science-Presse, le 23 décembre 2015, 9h50

(Agence Science-Presse) C’est 2015 elle-même qui remporte la palme de l’événement le plus «hot»... parce qu’elle aura battu tous les records. Et les climatosceptiques n’ont qu’à bien se tenir : 1998, c’est de la vieille histoire.

L’événement le plus «hot» de 2015
Cliquer sur la photo pour agrandir
L’événement le plus «hot» de 2015

Sans avoir à attendre les données de décembre, la tendance est claire : novembre a battu un record de 130 ans pour un mois de novembre (0,25 Celsius au-dessus du plus proche prétendant), tout comme l’automne 2015, et l’été, et le printemps. C’est le septième mois consécutif à battre son propre record. En fait, neuf des onze mois de 2015 jusqu’ici ont battu le record de leurs mois respectifs.

Et on n’a encore rien vu : traditionnellement, une année El Nino contribue à gonfler un peu la température moyenne du globe. Ce qui veut dire que 2016 pourrait être encore plus chaude que 2015, puisque nous sommes dans un cycle El Nino depuis cet automne. Et que celui-ci s’annonce aussi puissant que celui de 1997-98, l’année-fétiche des climatosceptiques.

Incidemment, il y a longtemps que 1998 ne détient plus le record de l’année la plus chaude : il a été égalé ou battu par 2005, 2010, 2012 et 2014. En attendant 2015.

Et ça ne sera pas seulement pour ce chiffre que 2015 passera à l’histoire.

  • C’est officiellement cette année qu’on a dépassé le seuil symbolique du «un degré» d’augmentation de la température moyenne par rapport à l’ère pré-industrielle. En route vers ce «deuxième degré» que les pays réunis à Paris ont promis d’essayer de ne pas dépasser.
  • C’est aussi cette année qu’on a définitivement franchi l’autre seuil symbolique, celui des 400 parties par million de CO2 dans l’atmosphère. Ce taux avait été mesuré pour la première fois au sommet du Mauna Kea, à Hawaii, en 2013. L’agence américaine des océans, la NOAA, sur la base de mesures au-dessus de 40 villes, estime que la moyenne s’est maintenue au-dessus des 400 PPM au début de l’année. En comparaison, ce taux de CO2 s’était maintenu à environ 280 PPM pendant 10 000 ans : depuis la fin de l’ère glaciaire jusqu’au début de la révolution industrielle, au XIXe siècle.

Un dernier chiffre? En novembre, selon la NOAA, une partie de la Sibérie et de l’Arctique s’est maintenue à une moyenne de 10,2 degrés Celsius au-dessus de la normale.