Autre action

Actualité

Un documentaire anti-vaccin est-il un documentaire?

Pascal Lapointe, le 26 mars 2016, 9h05

(Agence Science-Presse) Un film faisant la promotion de l’anti-vaccination, réalisé par un médecin condamné pour fraude, peut-il être qualifié de «documentaire»? C’est une des questions qui se posent au milieu de la colère qui a entouré l’annonce qu’Andrew Wakefield serait présent au Festival du film de Tribeca le mois prochain.

Un documentaire anti-vaccin est-il un documentaire?
Cliquer sur la photo pour agrandir
Un documentaire anti-vaccin est-il un documentaire?

En fin de compte, le Festival du film a changé son fusil d'épaule pendant la journée de samedi: au vu des événements des derniers jours, «nous ne croyons pas» que ce film contribuera à la conversation que nous avions souhaité, selon un communiqué émis en fin d'après-midi samedi. Dimanche, le réalisateur et le producteur du film criaient à la censure tandis que leurs partisans noyaient de commentaires la page Facebook du festival.

Dès que la nouvelle d'un film réalisé par Andrew Wakefield, vedette du mouvement anti-vaccination, avait commencé à circuler en milieu de semaine, les réactions avaient été vives. Inclure ce film, Vaxxed : From Cover-Up to Catastrophe dans la section documentaire «menace la crédibilité non seulement des autres cinéastes dans votre section, mais du domaine en général» avait dénoncé jeudi la documentariste américaine Penny Lane dans une lettre ouverte sur son compte Facebook. «Le film n’est pas une sorte d’enquête désintéressée dans le canular du «vaccin qui cause l’autisme»; le film est réalisé par la personne qui a perpétué le canular.»

Le festival de Tribeca, à New York, est une co-création de l’acteur Robert De Niro. Et devant la montée de la controverse vendredi, celui-ci était intervenu, par l’intermédiaire d’un communiqué, pour défendre son choix de mettre ce film à l’horaire. Ce qui en avait mis plusieurs mal à l’aise. L’auteure Tara Haelle, qui écrit d’ordinaire sur la science et la santé, a écrit sur son blogue que Robert De Niro, son idole, venait de lui «briser le coeur» :

Beaucoup de ses films ont subtilement contribué à des prises de conscience sur des enjeux sociaux, spécialement autour de la santé mentale; et aujourd’hui il détruit cet héritage en mettant à l’affiche un film qui ne contribuera qu’à faire du mal à des millions de familles.

Comme l’a rappelé avec humour Joe Hanson, qui a réécrit sur Twitter la notice biographique de Wakefield affichée par le festival, ce gastroentérologue britannique n’a pas découvert un lien entre vaccin et autisme en 1998 : il a frauduleusement tenté de démontrer qu’il y avait un lien, choisissant ses cobayes afin qu’ils puissent servir à une poursuite judiciaire, le tout dans le contexte de la promotion d’un traitement alternatif sur lequel il avait déposé un brevet. Sa recherche a été officiellement rétractée par la revue The Lancet 12 ans plus tard, et Wakefield a perdu son permis de médecin en 2010 pour «manquements à l’éthique». La dernière fois qu'on avait entendu parler de lui, cet hiver, il participait à une croisière sur les théories du complot, au milieu de promoteurs des chemtrails, de l'alchimie et des extraterrestres.

Mais il continue d’être un porte-étendard du mouvement anti-vaccination à travers le monde. Et à en juger par le communiqué de presse du film, il continue d’en ajouter : Vaxxed «confirme ce que des millions de parents dévastés et de docteurs «discrédités» ont depuis longtemps soupçonnés, les vaccins causent l’autisme».

De Niro, comme le festival Tribeca dans sa réponse initiale, soulignaient tous deux qu’ils ne font pas la promotion d’une cause, mais celle du «dialogue». Pour Tara Haelle, «fournir une opportunité pour discuter de désinformation n’aide pas la conversation sur l’autisme, les vaccins, ou les autistes». Des recherches d’un éventuel lien entre vaccin et autisme ont été réalisées maintes et maintes fois depuis 30 ans, et ont toujours conclu à l’absence d’un lien.

«Beaucoup de gens», poursuit la documentariste Penny Lane —à qui on doit NUTS - The Film, sur un fraudeur particulièrement habile des années 1930— «incluant ceux qui achètent des billets pour voir des documentaires à votre festival, croient que les films documentaires sont devenus une forme importante de journalisme. Mais on s’attend à ce que les journalistes disent la vérité —ou du moins ne répandent pas en connaissance de cause des mensonges dangereux».

[ Mise à jour samedi, 21h pour inclure l'annonce du Festival Tribeca ] [ Mise à jour lundi, 9h pour inclure la réaction des partisans du film ]

2 commentaires

Portrait de asp

[ Ajout 28 mars ] "With enough protest, reason can win over pseudoscience" -une analyse de Julia Belluz dans Vox.