Cette semaine à Je vote pour la science, nous allons reparler du climat. Il fait chaud, de plus en plus chaud, et cela n’est pas sans conséquences sur notre santé, en particulier sur les maladies qui peuvent se rendre jusqu'à nous.

Notre climat se tropicalise : il y a de plus en plus de périodes de chaleur intense et deux saisons très marquées, l’hiver et l’été. Les changements climatiques augmentent l’incidence des maladies infectieuses et plus particulièrement le risque de ce que l’on appelle des zoonoses.

Les zoonoses sont des infections causées par des virus, des bactéries ou des parasites… qui se transmettent entre les animaux et les humains. On pense tout de suite à la maladie de Lyme, qui fait beaucoup parler d’elle – elle est transmise par des tiques infectées.

Le Québec et le Canada se sont dotés de comités et de groupes de recherche scientifiques qui font le lien entre les zoonoses et les changements climatiques.

Isabelle Burgun en parle tout d’abord avec la Dre Alejandra Irace-Cima. Elle nous explique ce qu’est le jeune Comité scientifique sur les zoonoses et l’adaptation aux changements climatiques, qu’elle préside. Il a été créé l’an dernier par le ministère de la Santé et l’Institut national de la santé publique du Québec. À ses yeux, il n’existe pas de maladie plus inquiétante que les autres : il faut voir le problème dans sa globalité, celui de maladies émergentes qui progressent vers le nord à cause du réchauffement et auxquelles la population ou les services de santé sont encore insuffisamment préparés.

Dans la deuxième partie de l’émission, Jean-Pierre Vaillancourt nous explique qu'« il n’y a rien de nouveau pour ce qui est de l’émergence ». Depuis 1940, on a identifié plus de 300 nouvelles maladies infectieuses, mais il semble y avoir une augmentation de leur incidence depuis les années 1980, à cause du réchauffement climatique — la maladie de Lyme, dit-il, est justement la première pour laquelle on peut tracer un lien direct entre sa progression et le réchauffement climatique. Nicholas Ogden nous donne quelques détails supplémentaires sur cette fameuse maladie de Lyme.

Les zoonoses ne s’arrêtent pas aux êtres humains : on en recense aussi chez les animaux, entre autres les animaux d’élevage. Certains de nos auditeurs se rappelleront la listériose, le virus du Nil occidental, la salmonelle, mais il y en a beaucoup d’autres...

Les invités

  • Dre Alejandra Irace-Cima, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive. Présidente du Comité scientifique sur les zoonoses et l'adaptation aux changements climatiques, elle agit en tant que médecin conseil dans l'équipe des zoonoses de la Direction des risques biologiques et de la santé au travail.
  • Jean-Pierre Vaillancourt, de l’Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal. Une de ses spécialités : la biosécurité.
  • Nicholas Ogden, chercheur au Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada, professeur associé à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et membre actif du Groupe de recherche en épidémiologie des zoonoses et santé publique.

Écoutez l’émission en cliquant sur le lien ci-contre (à gauche) ou en vous abonnant sur iTunes.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h, sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche: Matthieu Fannière. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal), sur ChOQ-FM (Toronto) CIBO-FM (Senneterre), CJMD (Lévis) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.